FR

SIGNEZ NOTRE PETITION ICI


Libérez Fariba Adelkhah et Roland Marchal, prisonniers scientifiques en Iran

Pour la libération de Fariba Adelkhah et Roland Marchal, suspendons toute coopération avec les institutions universitaires iraniennes !

Le 5 juin, Fariba Adelkhah, anthropologue, et Roland Marchal, sociologue, tous deux chercheurs à Sciences Po, ont été arrêtés en Iran sous prétexte d’atteinte à la sécurité de l’Etat. Cette accusation est grotesque. Dût-elle être relayée par des aveux télévisés dont la République islamique est coutumière, elle ne gagnerait pas en crédibilité. Fariba Adelkhah et Roland Marchal n’ont aucune activité politique en Iran ou à l’encontre de l’Iran, ne sont liés à aucun service de renseignement, n’ont d’autre agenda que scientifique. Ils sont des prisonniers scientifiques.

Téhéran a pris pour gage, dans l’opacité d’on ne sait quelle négociation diplomatique sur fond de crise régionale, deux chercheurs dont les travaux ont éclairé les réalités nuancées de la République islamique, pour l’une, le jeu asymétrique des pays occidentaux dans cette partie du monde, pour l’autre. En les arrêtant, les Gardiens de la Révolution laissent paradoxalement le champ libre à toutes les outrances que l’on entend au sujet de l’Iran. En tant que chercheurs ou amis de la recherche, nous ne pouvons nous en satisfaire, pas plus que nous ne pouvons admettre que des collègues soient privés de leur liberté de manière arbitraire, pour servir de monnaie d’échange sur la scène internationale ou de moyen de pression dans le cadre de la lutte factionnelle interne au régime.

Après quatre mois de négociation infructueuse entre Paris et Téhéran, la suspension de toute forme de coopération universitaire et scientifique institutionnalisée avec la République islamique – hormis l’accueil d’étudiants et de collègues à titre individuel – s’impose désormais d’elle-même. Par solidarité professionnelle avec Fariba Adelkhah et Roland Marchal, mais aussi avec la quinzaine de chercheurs étrangers arrêtés dans les mêmes conditions ces derniers temps.

La décence l’exige également. Comment travailler de concert en sachant que des collègues croupissent dans les geôles de Téhéran ? La précaution la plus élémentaire rend aussi inévitable cette mesure. Le ministère des Affaires étrangères demande d’ailleurs aux ressortissants français de ne plus se rendre en Iran, et le CNRS y interdit toute mission.  Les établissements universitaires qui passeraient outre prendraient un risque juridique insensé. Les familles de leur personnel seraient en droit de se retourner contre eux en cas d’arrestation.

En tenant confidentielle l’incarcération de Fariba Adelkhah et Roland Marchal autant qu’il a été possible de le faire, en autolimitant leur mobilisation publique et la diffusion de l’information, les diplomates, les universitaires, les journalistes français ont donné aux Gardiens de la Révolution la possibilité de désamorcer la machine infernale qu’ils avaient enclenchée le 5 juin. Quatre mois leur ont été laissés pour ce faire, mais ils ont choisi de ne pas saisir cette opportunité, sans doute grisés par leurs succès sur la scène régionale.

Pesons nos mots. Il ne s’agit pas de boycott, dans la mesure où le terme est politiquement chargé. La question n’est pas de condamner un régime ni de délégitimer les intérêts géostratégiques d’un pays partie prenante du concert des nations. Elle est de pouvoir, ou de ne pas pouvoir, travailler avec ses universités. Dans l’état actuel des choses, il n’est pas possible de le faire. Ne parlons pas non plus de prise d’otages, mais plutôt de gage, dans la mesure où les Gardiens de la Révolution, pour autant qu’on le sache, ne demandent pas de rançon, mais veulent peser sur une négociation diplomatique, des factions rivales ou encore des processus judiciaires impliquant leurs agents interpellés en Europe. Evitons l’expression de chercheurs « binationaux ». Tous les universitaires de la prison d’Evin ne le sont pas, et le sont-ils que cela ne change rien au problème. Il y a dans cette expression comme une part du feu concédée à Téhéran. L’arrestation des universitaires binationaux ne serait qu’à moitié illégitime, ou ne nous concernerait qu’à moitié. Il n’en est évidemment rien, et les Gardiens de la Révolution doivent l’apprendre.

L’objection selon laquelle la suspension de la coopération scientifique pénaliserait nos collègues iraniens en butte à la répression de la République islamique ne résiste pas à l’examen. On ne voit pas en quoi ces échanges avec l’étranger les en ont protégés ni en quoi leur suspension momentanée aggraverait leur situation.

Si les Gardiens de la Révolution sont indifférents au savoir, ils ne peuvent complètement ignorer les pressions provenant de leur propre société – eux aussi ont des enfants qui vont à l’Université – ou des autres institutions du régime. Suspendre la coopération scientifique avec l’Iran, c’est s’insérer dans le jeu de forces sous-jacent aux prises de décision de Téhéran, et renforcer la main des responsables politiques qui y désapprouvent cette politique cynique de prise de gages car elle nuit aux intérêts bien compris de leur pays. Nous ne voulons pas isoler l’Iran de la scène scientifique internationale. Nous voulons l’amener à revenir au respect de ses règles pour pouvoir continuer à travailler avec lui. Et nous réitérons notre solidarité avec nos collègues iraniens.

Signez ici