Antonela Capelle-Pogacean

Chère Fariba, 

Dans une chambre en blanc et orange, à l’heure du plateau-repas, le souvenir de pâtes partagés avec toi au Nooï, à côté du bureau, remonte. Ce n’étaient pas les meilleures pâtes du monde. Mais tu m’as parlé du retour de Sindbad et du Khorassan. J’y pense encore. Reviens-nous vite ! Vérification faite, Nooï n’a pas fermé. Mille pensées.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search