Miriam Périer

Chère Fariba,

Voilà déjà un moment que je songe à t’écrire un mot, mais je voulais y placer quelque chose de spécial. Quelques vers d’un poème (pas de moi, je n’ai pas ce talent), quelques lignes d’un texte qui puisse te transporter. Mais sans doute me trompe-je car je veux y mettre trop de choses, un monde qu’on pourrait aspirer en quelques lignes. Je n’y parviens pas. Mais le banal et le sincère portent également du sens. Pourvu qu’il te parvienne. Qu’attendre d’une pensée de l’autre et à l’autre si ce n’est le lien qu’elle offre entre deux personnes ? Fariba, je pense si souvent à toi. Miriam


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search