600 jours de privation de liberté de Fariba Adelkhah

Cher(e)s ami(e)s de Fariba,

Voilà 600 jours que Fariba Adelkhah est prisonnière scientifique en Iran, désormais sous le coup d’une peine de prison de cinq ans qu’elle effectue depuis le 3 octobre assignée à résidence, sous contrôle d’un bracelet électronique, sans pouvoir se déplacer au-delà d’un périmètre de 300 mètres autour de son domicile ni recevoir de visites autres que celles de sa famille la plus proche, interdite de toute prise de parole publique, ne pouvant pas même vous remercier de votre soutien dont elle est parfaitement consciente et grandement reconnaissante.


600 jours de privation de liberté sans autre justification que ses écrits scientifiques.
600 jours avec leurs peines, leurs inquiétudes, leur joie parfois – essentiellement celles de la libération de Roland Marchal, le 20 mars 2020, et de Kylie Moore-Gilbert, le 25 novembre 2020 – ou de petits plaisirs : Fariba a enfin reçu les vêtements chaud UNIQLO que nous lui avions achetés grâce à vos dons et envoyés en novembre 2019!


Comme vous pouvez l’imaginer Fariba s’est remise au travail. Elle a repris ses cours d’arabe et de droit islamique, elle vérifie la traduction en persan de ses publications initialement écrites en français, elle réfléchit à sa recherche en cours, elle observe la société iranienne en proie à la crise et à la pandémie. Elle continue aussi à créer en chantant et en créant une nouvelle série de collages de bois entamée en prison.


Ce serait trahir sa pensée que de pas associer son cas à celui d’autres prisonniers scientifiques en Iran, comme Ahmedreza Djallali, médecin universitaire irano-suédois condamné à mort, ou ailleurs de par le monde, comme Patrick Zaki, doctorant de l’université de Bologne, emprisonné depuis février 2020 en Egypte.

Nous avons tous à l’esprit le cri que Fariba a lancé à l’adresse de ses « juges » : « Sauver la recherche, sauver les chercheurs pour sauver l’histoire ». Cet impératif est plus que jamais d’actualité. Ce combat est plus que jamais le nôtre. Et Fariba comme nous-mêmes ne pouvons oublier que le Réseau européen d’analyse des sociétés politiques dont nous sommes membres est frappé par une autre injustice criante : la détention arbitraire d’Osman Kavala depuis octobre 2017, c’est-à-dire depuis 1182 jours. Éminente personnalité culturelle œuvrant pour la paix et la solidarité sociale, époux de notre collègue Ayse Bugra, Osman est en quelque sorte le prisonnier personnel du président Erdogan dont l’acquittement vient d’être cassé par une cour d’appel à la solde de celui-ci, et qui doit en outre faire face à un second procès sur la base d’accusations tout aussi abracadantesques que les précédentes.

Osman et Fariba sont là pour nous rappeler que la culture et la science sont devenues de simples cartes dans le jeu politique contemporain. Plus que jamais s’impose un réveil démocratique qui les restaure dans leur indépendance par rapport aux pouvoirs et aux intérêts de tout ordre, et dans leur liberté. Tels sont le combat et la dignité de Fariba et d’Osman. Ils sont nôtres également, et nous n’aurons de cesse de le faire savoir et de réclamer leur libération immédiate et inconditionnelle.

PS: il ne faut jamais désespérer! Roland a enfin retrouvé ses valises à l’intérieur desquelles il y avait ses propres vêtements UNIQLO que nous lui avions également envoyés 😉


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search