Meilleurs voeux

Fariba Adelkhah ne peut communiquer avec personne d’autres que nous-mêmes. Elle nous a adressé ses vœux sous la forme d’une carte musicale en nous remerciant des soutiens qui lui ont été apportés et continuent de l’être. Nous la partageons bien volontiers avec vous. Béatrice et Jean-François

استاد سلمان سالک

Ce morceau est du maître Salman Salek, auteur-compositeur, joueur de tar et de setar.

Comme tous les grands musiciens et compositeurs, il a grandi dans un environnement musical dès son enfance, notamment aux côtés de sa mère et de son frère, un maître du  kemancheh, Hossein Salek.   Salman Salek, quant à lui, a commencé à jouer du tonbak à l’âge de 10 ans, puis du tar, et enfin du setar. Il a tenté également l’expérience universitaire et obtenu son master de la faculté des beaux-arts à l’Université de Téhéran. Il a poursuivi ses études en ethnomusicologie sous la supervision de la Professeure Sandrine Loncke, à l’Université de Paris-VIII. Grand maître de tar et de setar, lui-même enseignant, Salman Salek est aussi et surtout un remarquable compositeur qui a déjà plusieurs albums à son actif. De pair avec sa mère et son épouse, mais sans son frère Hossein qui a abandonné le kemancheh et s’est finalement consacré à ses études cléricales à Qom, il a constitué le noyau de l’institut du « chant de la tendresse » pour contribuer à sauver le patrimoine musical de l’Iran, notamment en recueillant des enregistrements dit « sur pierre » (78RPM) , en décryptant les notations archaïques, en éditant et commentant des traités tels que le recueil de Ibn Farabi (Xe siècle) traduit de l’arabe par le grand historien Azarnoush Azartach, en écrivant lui-même plusieurs essais et manuels.

Le morceau que j’ai choisi pour vous souhaiter une Bonne Année est celui qui rend le mieux hommage à Michel Foucault, l’un de vos auteurs de chevet.

Dans cette pièce, Salman Salek entend rendre sa juste place au Magham râst en nous proposant son interprétation d’un morceau dont les origines remonteraient aux Sassanides (3e – 7e siècles) et qui, de ce fait, appartient à un style musical moyen-oriental largement snobé, sinon méprisé par la plupart des maîtres contemporains de la musique iranienne et l’élite de la haute société. Il s’agit là, à mon avis, de l’une des « mille et une frontières » de la musique iranienne les plus ignorées par le nationalisme étriqué.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search