Le silence (سکوت), poème de Fariba Adelkhah

En ce jour, qui commémore les droits de l’Homme, une pensée évidemment pour Fariba, toujours privée de liberté. Une pensée pour elle, mais aussi pour toutes les autres prisonnières et tous les autres prisonniers scientifiques en Iran et de par le monde. Comment mieux exprimer la justesse de ce combat pour la liberté et les droits de la recherche que par un poème de Fariba elle-même ?

Le silence (سکوت)


C’est un destrier le silence
Dans le désert d’errance
A la recherche de son cavalier
À terre par les morsures du  passé
Il galope
Et le hennissement de son secours au large du désert
Souffle un blizzard
Au Cœur des sables
Et se lève soudain
Dans le ciel
Le tourbillon noir des souvenirs

C’est un désert le silence
Plein de traces  et de lignes
Des passages, des inévitables
Fugitif
Je m’y perds

Le silence est le remède pour les maux
Que lui-même produit

Ce n’est pas la distance, le silence
C’est l’affrontement
Douloureux  parfois
C’est le point de rencontre
Avec la vie ma foi

C’est une étincelle le silence
Il souffle la vie 
sur tout ce qu’elle éclaire

C’est un mur, le silence
Laissé à l’abandon 
Il t’enferme
Et ses décombres
Portent en lui
La nostalgie de la reconstruction

Le silence est l’eau
il se met en éruption
Il t’envahit et te noie
Il est clair, transparent quelques fois
Plein de boue et d’ébullition d’autres fois
Il chavire (ou il se répand)
Doucement et tendrement
Et  lisse les grossièretés
Les  ingratitudes

C’est du feu, le silence
Il brûle jusqu’au plus profond de l’être
Et sans qu’il y ait des flammes
Il remue tes cendres
Pour une autre danse

Fariba Adelkhah



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2020, 10 décembre). Le silence (سکوت), poème de Fariba Adelkhah. Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/op1i

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search