Communiqué du 25 novembre 2020

Le comité de soutien à Fariba Adelkhah, prisonnière scientifique en Iran depuis le 5 juin 2019, se félicite de la libération de Kylie Moore-Gilbert à la faveur d’un échange avec trois ressortissants iraniens détenus en Thaïlande.

À n’en pas douter, si Fariba avait été libre de sa parole, elle aurait ironisé: « Mieux que la charia ! Une femme contre trois hommes! »

Le comité de soutien rappelle que Fariba Adelkhah, si elle a quitté la prison d’Evin, demeure assignée à résidence, astreinte au port d’un bracelet électronique 24h/24, soumise à un contrôle administratif quotidien, privée de tout contact à l’exception de sa famille restreinte et interdite d’aller au-delà d’un périmètre de 300 mètres autour de son domicile, alors même que sa condamnation, à l’issue d’un « procès » qui n’en a que le nom – faute de respect des droits de la défense et de la comparution effective de l’inculpée devant un véritable tribunal – ne repose sur aucun fondement factuel. Et pour cause: Fariba Adelkhah n’a jamais fait qu’exercer son métier de chercheuse, dans le respect scrupuleux de la déontologie et de la rigueur propres à sa profession – la nôtre.


Enfin le comité de soutien à Fariba Adelkhah apprend avec stupeur, consternation et indignation l’imminence de l’exécution de notre collègue Ahmedreza Djalali, citoyen irano-suédois, médecin spécialiste des catastrophes, professeur en Suède, condamné à la peine de mort selon les mêmes procédés. Il demande au gouvernement suédois, et aux autres gouvernements de l’Union européenne, d’agir avec célérité pour éviter l’irréparable.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search