#FreeFariba : Itinéraire d’un livre, par Jean-Marc Claus. Eurojournalist 16/11

Chaque 16 du mois, Eurojournalist(e) apporte son soutien à Fariba Adelkhah par un article lui étant consacré et/ou parlant de l’Iran.

(Jean-Marc Claus)

« Il y a une quinzaine d’années, j’ai acheté chez mon libraire, dans la collection « Idées Reçues » des Éditions du Cavalier Bleu, un petit ouvrage sur l’Iran intitulé… L’Iran. Opuscule d’une centaine de pages analysant méthodiquement treize idées préconçues et rédigé par une certaine… Fariba Adelkhah. Une chercheuse dont j’ignorais quasiment tout, excepté les quelques lignes figurant sur la quatrième de couverture. Une personne présentée comme une Iranienne, anthropologue et Directrice de recherche au CERI, vivant en France depuis de nombreuses années. Quelqu’un pour qui je n’aurais jamais pensé être conduit à m’engager en faveur de sa libération, quinze ans plus tard.

A la (re)lecture de cet ouvrage, il apparaît clairement que la condamnation de Fariba Adelkhah à cinq ans de prison ferme pour « collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale », plus un an pour « propagande contre le régime », manque totalement de finesse. Autant la chercheuse franco-iranienne n’est-elle pas un soutien du régime, autant s’oppose t-elle efficacement au prêt-à-penser dont l’Iran est l’objet depuis 1979. Mais comme toute scientifique qui se respecte, son analyse se veut rigoureusement rationnelle et hermétique à toute propagande. Peut-être est-ce ce refus de renoncer à l’intelligence qui finalement pose problème…

Comme pour tout travail de recherche en anthropologie sociale, il est vrai que certains chapitres du livre méritent une petite réactualisation. Ce que Fariba Adelkhah ne manquerait pas de faire si elle était totalement libre de ses mouvements. Rappelons à ce propos que depuis le 3 octobre 2020, elle bénéficie d’une permission temporaire de sortie de la Prison d’Evin avec assignation à domicile. Mais plus que l’impossible correspondance exacte de l’ouvrage écrit il y a quinze ans avec la réalité de 2020, il importe d’en retenir d’abord la démarche adoptée par son auteure, puis d’extraire du contenu les éléments demeurant applicables au temps présent. Une lecture riche d’enseignements conduisant inévitablement à la réflexion.

Pour ce qui est de la méthodologie, Fariba Adelkhah débute chaque chapitre par une affirmation appuyant l’idée reçue qu’elle s’attelle à étudier. Affirmation énoncée par des auteurs et personnalités plus ou moins connus dont l’ex-président iranien Abdolhassan Banisadr, la Prix Nobel de la Paix iranienne Shirine Ebadie et…. l’ex-président étasunien George W. Bush. Passé le choc induit tant par l’idée reçue énoncée et son renforcement par une citation, Fariba Adelkhah documente le sujet en instruisant l’affaire tant à charge qu’à décharge. Il n’est possible dans aucun des treize chapitres du livre, de percevoir le moindre parti pris de son auteure, si ce n’est évidemment celui de la rigueur scientifique.

En conclusion, elle souligne que toutes les idées reçues étudiées ne sont pas forcément totalement erronées. C’est leur accumulation et leur systématisation qui en font un piège par lequel la République Islamique d’Iran se voit privée des rapports sociaux et de l’histoire sur lesquels elle repose. L’enfermer dans un dilemme entre islam et liberté, conduit à occulter la vigueur de sa société. Une société bouleversée par la révolution et la guerre avec l’Irak, amplifiant ou infléchissant des tendances pré-existantes. Le paysage social du pays se trouve irrémédiablement transformé, mais pour le comprendre et l’apprécier, il importe de s’affranchir du prêt-à-penser. Ce que Fariba Adelkhah réussit admirablement et la relecture de cet ouvrage n’a fait que conforter mon engagement en vue d’obtenir sa libération. »

Article à retrouver sur le site Eurojournalist.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search