Allocution de Bernard Debarbieux, lors du Dies Academicus de l’Université de Genève, 09/10/2020

Allocution prononcée par Bernard Debarbieux, doyen de la Faculté des Sciences de la Société lors du Dies Academicus de l’Université de Genève, le 9 octobre 2020.

« Mesdames, messieurs,
Mme Fariba Adelkhah, à qui l’Université de Genève décerne le titre de Docteure Honoris Causa sur proposition de la Faculté des Sciences de la Société, ne peut pas être des nôtres aujourd’hui. Elle vient de passer 14 mois en prison en Iran ; elle est depuis une semaine assignée à résidence, lestée d’un bracelet électronique. Mais je crois savoir qu’elle peut nous entendre aujourd’hui, depuis chez elle, avec la complicité d’internet, et je la salue. Je propose à son collègue Roland Marchal, directeur de recherche à ScPo Paris, lui-même incarcéré pendant 8 mois il y a peu, de bien vouloir monter sur la scène et de recevoir le titre au nom de Mme Adelkhah.

Fariba Adelkhah est une chercheuse franco-iranienne, elle aussi directrice de recherche à ScPo Paris. Elle est une des grandes spécialistes d’anthropologie sociale et politique de l’Iran post-révolutionnaire. On lui doit de nombreux ouvrages relatifs à des sujets aussi divers que la construction identitaire du monde chiite, la circulation des idées et la formation des espaces politiques transfrontaliers entre l’Iran, l’Afghanistan et l’Asie-Centrale, ou encore le positionnement socio-politique de la diaspora iranienne aux Etats-Unis. Mais elle est surtout connue comme étant la grande spécialiste de l’analyse des transformations sociales et religieuses au sein de l’Iran post-révolutionnaire. Anthropologue de formation, on lui doit des descriptions saisissantes de discussions dans les salons feutrés des irano-américains de Los Angeles, des entretiens lumineux avec des travailleurs immigrés au Japon ou à Dubaï, ou encore le récit d’observations, réalisées des nuits entières sur les falaises surplombant la mer d’Oman, de contrebandiers venant échanger par voie de mer une cargaison de moutons contre des cartons de Winston et de Marlboro.

Fariba Adelkhah est une des grandes voix et une des belles plumes qui s’efforcent de faire comprendre ce type de réalité, de manière subtile et nuancée. Jamais elle n’a incriminé dans ses travaux les autorités au pouvoir à Téhéran. Et pourtant ! Elle a été jugée au prétexte d’une «collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale» et de «propagande contre l’État». Connue pour la rigueur de ses analyses, sa droiture et sa déontologie, elle est une des trop nombreuses chercheuses embastillées en Iran et ailleurs dans le monde, y compris en Occident, dans ces trop nombreux pays où la recherche en sciences sociales est considérée comme une menace, criminalisée parfois. Le métier de chercheur de sciences sociales est devenu un métier à risque. Or, leur contribution est essentielle et désintéressée. Monnaie d’échange dans un
conflit géopolitique, Fariba Adelkhah est privée de liberté pour 5 années encore. Son combat est celui de la liberté scientifique ; il est le nôtre. Notre université a le souci de défendre la liberté académique et la protection de celles et de ceux qui participent à la production scientifique de qualité. Il y a quelques mois, Fariba Adelkhah nous lançait cet appel du fond de sa cellule : «il faut sauver les chercheurs, sauver la recherche, pour sauver l’histoire ».

Entendons la, soutenons la. C’est le privilège et l’honneur des institutions académiques de porter ce message.

Nous sommes donc particulièrement fiers de lui décerner le titre de Docteure honoris causa de l’Université de Genève. Je suis ravi de vous le remettre à vous, Roland Marchal qui la représentez, avant de vous donner la parole pour quelques minutes. « 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search