Communiqué : mauvais traitements subis par Fariba, 22/6/20

L’AFP, dont le sérieux est unanimement reconnu, diffuse ce matin une dépêche comportant une nouvelle des plus préoccupantes relative à notre collègue Fariba Adelkhah. Nous savions déjà qu’elle avait été soumise à des formes de torture psychologique, notamment dans le courant du mois de novembre, grâce aux témoignages de co-détenues.

Nous apprenons désormais qu’elle a été maltraitée physiquement, grâce au témoignage d’un détenu britannique :

Dans l’un des messages envoyés depuis sa prison, M. Ashoori raconte que l’un de ses co-détenus a vu Mme Adelkhah arriver en prison, « frappée et tirée au sol par les cheveux », agonie d’injures et de coups par la police secrète, relate la dépêche de l’AFP émise ce matin 22 juin à 6h45 par son bureau de Londres.

Nous exprimons notre indignation absolue face à ces agissements.Nous demandons à nouveau la libération immédiate et inconditionnelle de Fariba Adelkhah qui est innocente des prétendus crimes dont elle est accusée par une justice ne respectant aucun des droits élémentaires de la défense et naturellement pas la présomption d’innocence. Fariba Adelkhah est une prisonnière scientifique arrêtée, détenue arbitrairement depuis bientôt 400 jours et condamnée de manière inique à six ans de prison pour des raisons strictement politiques qui ne la concernent en rien, ni elle ni l’exercice légitime de son métier.

Nous demandons au gouvernement français d’intensifier ses efforts pour obtenir la libération de notre compatriote et de suspendre immédiatement toute forme de coopération scientifique institutionnelle avec la République islamique d’Iran tant que celle-ci bafoue de manière aussi brutale les libertés académiques et met en danger les chercheurs.

Nous exprimons notre consternation et notre colère devant le silence de « notre » ministre, Mme Vidal, qui n’a jamais manifesté la moindre empathie à l’égard de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal, lui aussi détenu arbitrairement du 5 juin 2019 au 20 mars 2020, et qui s’est toujours contenté de botter en touche lorsqu’elle était interrogée par les journalistes et les parlementaires sur cette affaire.

Nous vous demandons instamment de saisir vos institutions respectives pour qu’elles s’adressent au gouvernement et lui demandent de redoubler d’efforts pour obtenir la libération de notre collègue avant que l’irréparable ne survienne.

Nous vous en remercions par avance.
Jean-François Bayart, pour le Comité de soutien


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search