Roland Marchal : « J’ai été un otage académique », Laure Cailloce, Journal du CNRS, 18/05/2020

Libéré le 20 mars dernier, le chercheur du CNRS raconte sa détention en Iran. Il s’interroge sur la capacité des scientifiques à pouvoir continuer à y travailler, alors que Fariba Adelkhah, sa compagne, vient d’être condamnée à une lourde peine de prison.

Roland Marchal s’est réveillé de son cauchemar le 20 mars dernier. Après neuf mois et demi de détention en Iran, ce spécialiste du Sahel, et notamment des guerres civiles qui rongent la corne de l’Afrique, a pu enfin regagner la France. Le 6 juin 2019, alors qu’il venait rendre visite à sa compagne, la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, il avait été interpellé à l’aéroport de Téhéran et emprisonné dans le quartier de haute sécurité de la prison d’Evin. Il ne le savait pas encore, mais quelques heures auparavant, elle avait également été arrêtée. Accusé d’espionnage, Roland Marchal, 63 ans à l’époque, ne découvrira que des mois plus tard qu’il était en réalité une monnaie d’échange, un « otage académique », selon ses propres termes. LIRE LA SUITE
 


Vous aimerez aussi...