Condamnation de Fariba à 6 ans

Cher(e)s ami(e)s de Fariba,

Nous avons appris ce matin la condamnation de Fariba à 6 ans d’emprisonnement. Comme nous n’avons cessé de le répéter, les accusations d’atteinte à la sûreté nationale et de propagande contre le régime sont absurdes, et la condamnation de ce matin strictement politique. Fariba n’a jamais fait que son métier de chercheur, en l’occurrence son métier d’anthropologue. 

Son refus d’accepter une libération conditionnelle contre l’arrêt de ses recherches nous laissait prévoir un tel dénouement, même si le choc est grand ce matin à l’annonce de la plus lourde peine qu’elle encourait. Nous ne pouvons qu’être aux côtés de Fariba qui nous offre une magnifique leçon de force, de droiture et de courage. Son combat pour la reconnaissance de la liberté scientifique est le nôtre. 

Tout n’est cependant pas terminé du côté judiciaire. D’ici une quinzaine de jours, son avocat fera appel de cette décision, l’appel devant advenir entre 3 et 4 mois plus tard. En Iran, les condamnations en appel ne peuvent être supérieures à celles décrétées en première instance; il faut donc espérer que la condamnation soit allégée, mais rien n’est moins sûr puisqu’il s’agit d’un procès kafkaien, au sens littéraire du terme: sans matière, sans procédure, sans temporalité. Fariba est une prisonnière scientifique dans les mains de politiques. Par ailleurs, la diplomatie française reste active, même si nous ne sommes pas au courant des négociations en cours.


Nous restons plus que jamais mobilisés. Le 5 juin, date anniversaire de son arrestation, nous lui exprimerons notre solidarité par diverses actions, et montrerons aux autorités françaises et iraniennes notre engagement total à ses côtés. Aujourd’hui, nous réitérons notre demande de suspension de toutes les coopérations  scientifiques institutionnelles avec l’Iran: comment continuer à travailler avec un Etat qui nie l’essence même de notre métier et qui, plus largement, viole les fondements les plus élémentaires de la liberté d’expression et de penser ? 

Amicalement,

Béatrice Hibou et Jean-François Bayart pour le comité de soutien


Vous aimerez aussi...