Procès de Fariba Adelkhah: la chercheuse française ne voit rien venir, Le Temps, 2 mai 2020

Cette spécialiste du chiisme, détenue dans la tristement célèbre prison d’Evin, ne connaît toujours pas la date de son procès. Elle est accusée par Téhéran de «progagande» contre la République islamique et de «collusion en vue d’attenter à la sécurité nationale», des accusations que ses soutiens en France jugent «grotesques»

La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, détenue depuis juin 2019 en Iran, n’a «aucune perspective de date» sur l’issue de son procès, a relevé samedi son comité de soutien, alors que la défense avait avancé dans un premier temps un verdict prochain.

«Le processus judiciaire est extrêmement opaque et le délai d’une semaine initialement annoncé entre le procès et le verdict n’a pas été respecté, comme nous l’avons tous constaté», ont déclaré Béatrice Hibou et Jean-François Bayart, membres du comité, dans un communiqué. «Il lui faut donc encore attendre, et nous avec, sans que nous n’ayons aucune perspective de date», ont-ils ajouté.

L’anthrophologue est spécialiste du chiisme et chercheuse à Sciences-Po Paris. Après sa comparution le 19 avril devant un tribunal à Téhéran, son avocat avait évoqué un possible verdict sous huit jours et espéré une relaxe. Arrêtée en juin 2019, Fariba Adelkhah, 61 ans, est poursuivie pour «propagande» contre la République islamique et «collusion en vue d’attenter à la sécurité nationale«, des accusations jugées grotesques par son comité de soutien.

La chercheuse, qui avait été très affaiblie par une grève de la faim de 49 jours entre fin décembre et février, va mieux. «Elle reste forte, moqueuse et en forme», a précisé son comité de soutien. «Elle continue à s’occuper de la bibliothèque» au sein de la prison d’Evine à Téhéran, à faire des traductions entre le français er le persan, et remercie ses soutiens, ont-ils ajouté. Une plateforme de «e-manifestation» a été créée pour réclamer sa libération faute de rassemblement possible en raison du confinement imposé par l’épidémie de Covid-19 en France.

Son collègue et compagnon, Roland Marchal, arrêté comme elle en juin 2019 alors qu’il venait lui rendre visite à Téhéran, a été libéré fin mars. Téhéran a alors évoqué un échange avec un ingénieur iranien détenu en France et menacé d’extradition vers les Etats-Unis.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search