Communiqué du 17 mars 2020

Si Roland Marchal a été libéré le 20 mars (ou plutôt échangé par la République barbaresque d’Iran), Fariba Adelkhah, directrice de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques, est toujours prisonnière scientifique à Téhéran.
Elle doit être “jugée” – les guillemets s’imposent car à aucun moment elle n’a pu bénéficier d’une véritable défense tant l’action de son avocat est entravée par ses geôliers – ce dimanche 19 avril.
Lors de la première audience de son “procès”, le 3 mars, – audience avortée car Fariba avait refusé de répondre en l’absence de son avocat – nous avions organisé des rassemblements de soutien et de protestation à Paris, Strasbourg et Genève. Ce ne sera évidemment pas possible dimanche.

Aussi avons-nous organisé une e-manifestation. Pour se joindre à nous, pour exprimer sa solidarité, pour concourir à “sauver les chercheurs, sauver la recherche pour sauver l’histoire”, comme nous l’a demandé Fariba du fond de la prison d’Evin dans un courrier du mois de janvier, il suffit de visionner la vidéo suivante :

https://faribaroland.hypotheses.org/8352
Les “cliqueurs” seront ainsi comptabilisés comme manifestants.
Maître Dehghan, l’avocat de Fariba Adelkhah, est actuellement retenu au Canada, pour des raisons familiales. Il conseille cette dernière à distance, et sera représenté au tribunal par Maître Ahmadinasab.
Il n’est pas exclu que le procès soit à nouveau repoussé en raison de la pandémie de Covid-19, le juge Salavati étant d’ailleurs hospitalisé selon nos informations.

Bien cordialement, en vous remerciant de l’attention que vous accordez au sort de notre collègue.
Le comité de soutien



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2020, 17 avril). Communiqué du 17 mars 2020. Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oov7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search