Message de Roland Marchal, 6 avril 2020

Deux semaines après mon retour en France, il est plus que temps de saluer tous ceux qui ont contribué à ma libération et continuent à se mobiliser pour celle de Fariba, tout en restant sensibles au sort des autres universitaires malmenés dans les pays du Golfe persique, en Iran et dans certains pays voisins.  Si j’ai tant tardé à reprendre contact avec vous, c’est aussi parce que je veux mettre ces 9 mois et demi de détention à distance: je n’ai pas été physiquement torturé mais ai beaucoup souffert de mon enfermement et, surtout, de mon isolement. Bien plus que les interrogatoires, c’est ce confinement  – bien différent de celui qui nous est imposé par le coronavirus – qui s’est révélé très douloureux.Seuls les livres que vous m’avez envoyés et auxquels j’avais accès de façon partielle et les amitiés nouées avec quelques détenus m’ont permis de tenir dans un univers où chaque jour ressemble au précédent et au suivant.Je n’ai vu Fariba que trois fois, chaque fois pour quelques minutes, sous la haute surveillance de mes interrogateurs. J’ai finalement appris qu’elle avait été arrêtée pratiquement en même temps que moi. Je n’ai rien su de sa grève de la faim jusqu’au moment où le juge nous a convoqués pour nous signifier les charges pesant contre nous en février 2020. En mars, j’ai été conduit au tribunal mais on m’a retenu dans une voiture alors que Fariba était déférée devant le juge, puis ramené dans ma cellule: mon procès, reporté, n’a jamais eu lieu. C’est après ma libération que j’ai appris tout ce que vous avez fait pour Fariba et moi. Je n’en avais aucune idée auparavant car même si j’ai pu voir le Consul et mon avocat plusieurs fois, ils ne pouvaient parler librement. Je ne sais simplement pas comment vous remercier.
Roland Marchal


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search