FARIBA ou la POESIE comme source d’évasion et arme de résistance

(c) Photog. Marc Pataut : Fariba Adelkhah pendant son intervention dans le séminaire Des territoires, le 5 mai 1997 à l’Ecole des beaux-arts de Paris (organisé alors par Jean-François Chevrier) : « La société iranienne au temps de l’islamisme politique. Portrait de Téhéran ».

« Si j’écris, c’est disons

Pour ouvrir une porte. »

Guillevic, Art poétique

Selon certains témoignages, Fariba, en pleine détention à Evin, s’adonne à la poésie, notamment à la traduction de poètes français. Ce n’est vraiment guère étonnant de sa part, malgré ou en raison des circonstances qu’elle endure.

 En effet, cette passion pour la poésie est ancrée depuis longtemps chez Fariba et transcende « les 1001 frontières ». A son arrivée en France pour effectuer ses études, elle récitait des poèmes de Rumi, de Kayyam, de Hafiz, ainsi que des poètes contemporains, en essayant – déjà – de les traduire au mieux pour les faire découvrir à ses amis. Elle évoquait aussi avec nostalgie les joutes poétiques pratiquées en Iran. Très vite, pour se familiariser avec la langue française, elle a écouté et chanté de sa belle voix les grands chanteurs-poètes de l’époque : Ferrat, Brel…

Sa passion pour la poésie est éclectique et couvre un éventail varié du Moyen-Âge à la poésie contemporaine, de Rutebeuf et Charles d’Orléans à Prévert et Michaux sans omettre ses poètes de prédilection : Drelincourt (qui le connaît vraiment en France ?), sa chère Marceline Desbordes-Valmore avec, entre autres, ses « Roses de Saadi », et Guillevic, dont elle aime la poésie dépouillée, sans emphase, et qu’elle cite fréquemment…

Fariba ne se contente pas de fréquenter et de vivre avec la poésie. Depuis de nombreuses années, elle s’est également livrée avec ardeur et application à la traduction en persan des poètes français qui retiennent son attention et avec lesquels elle entretient une relation intime, traductions qu’elle publie sur un site de plus en plus consulté au fil de ses  poèmes « coups de cœur ». C’est pourquoi, quitte à la faire bondir ou rire, la citoyenne d’honneur de la Ville de Strasbourg et docteure honoris causa de l’Université de Genève, qui ne prétend nullement être une spécialiste en littérature, peut également être considérée comme une fervente ambassadrice de la poésie française en Iran.

Comme éthique et esthétique de son art de la traduction, activité vitale pour elle, Fariba a toujours privilégié la musique des mots, le rythme du poème au sens littéral tout en veillant à respecter l’esprit général. Le rendu musical en persan, la quête du mot « juste », le plus approprié phonétiquement au contexte et qui (ré)sonne le mieux dans sa langue natale, tout comme de l’image « juste », celle appropriée à sa culture, tout ceci requiert beaucoup de patience et de persévérance et la remplissait d’une joie perceptible, même au téléphone lorsque après moult versions elle s’estimait enfin satisfaite… avant de poursuivre sa quête d’alliance entre le son, le sens et la culture. Ce corps à corps pour affronter les difficultés linguistiques et syntaxiques de la langue française, en une sorte de défi intérieur à relever impérativement, représente un triple hommage : à la poésie de son pays d’élection, à ses racines iraniennes, et à la poésie en général.     

En outre, pour Fariba, faire connaître la poésie française en Iran, projet qui lui tient donc    particulièrement à cœur, ne se limite pas à une tâche de traduction – déjà ô combien exigeante – mais à établir aussi des liens, des ponts (reliant le pont des arts à Paris avec le célèbre pont d’Ispahan ?…) sur le plan littéraire, historique et politique comme le prouve sa longue notice sur Rutebeuf. La biographie d’un poète devient ainsi le support d’une réflexion non dénuée d’audace et d’originalité. Ces divers partis pris totalement assumés par Fariba lui ont parfois valu des critiques qui ne l’ont que stimulée davantage.

La poésie sous toutes ses formes : lecture, traduction, interprétation, et sans doute aussi création personnelle, est indéniablement vitale pour Fariba, et, dans l’épreuve qu’elle affronte, privée d’Homère mais dotée d’un volume de poésie médiévale transmis par ses amis parisiens, la poésie constitue sans doute (on attend son retour pour confirmation) un moyen essentiel de résistance.

Si Rutebeuf dans sa « Complainte » poignante se plaignait :« Que sont mes amis devenus? (…) Ce sont amis que vent emporte », les amis, connus et inconnus de Fariba et de Roland, « ce sont amis que vent (rassemble) » pour les soutenir au mieux, avec, après la libération de Roland, toujours « l’espérance du lendemain », celle de la libération de Fariba.

Christine Meyer


Vous aimerez aussi...