22 mars 2020

Cher(e)s ami(e)s de Fariba et Roland,

Vous êtes évidemment très nombreux à exprimer votre soulagement après la libération de Roland et votre détermination à poursuivre le combat pour la libération de Fariba.

Vous comprendrez aisément que Roland a pour l’instant, avant tout, besoin de repos. Il choisira le moment qui lui semblera le meilleur pour entrer à nouveau en relation avec nous et pour reprendre son activité professionnelle.

Ses analyses médicales sont bonnes. Mais il est épuisé par une détention très rude et il a perdu beaucoup de poids. Nous pouvons aussi deviner qu’il lui est douloureux d’avoir laissé derrière lui Fariba.

Il s’agit maintenant de réfléchir à de nouveaux modes d’action en veillant, comme auparavant, à ne pas gêner les autorités françaises qui ont immédiatement rappelé, après le retour de Roland, qu’elles exigeaient la libération immédiate de Fariba. Elles n’ont cessé d’insister, depuis juin, sur le fait que cette dernière était citoyenne française aux yeux de la République française.

Fariba est extrêmement soulagée de savoir Roland désormais à Paris. Comme vous le savez, son sit-in entendait exprimer sa crainte pour son état de santé et exiger la fin de son emprisonnement. Mais la situation est difficile pour elle: elle n’a pu voir Roland avant son départ pour la France; n’ayant pas été jugée, elle ne peut bénéficier d’une libération provisoire pour cause de coronavirus ; et elle ne fait pas partie, pour les mêmes raisons, des personnes pouvant attendre une grâce à l’occasion du Nouvel An iranien.

Laissons quelques jours à la République islamique pour qu’elle puisse prendre la mesure qui s’impose au sujet de Fariba, à la faveur de la trêve de Nowrouz. Et employons cette dernière à définir une nouvelle approche qui tienne compte des contraintes du confinement auquel est soumise la quasi-totalité de l’Europe.

Les geôliers de Roland n’ont daigné lui restituer ni les livres que nous lui avions envoyés ni ses affaires personnelles, dont son téléphone portable. Il lui faudra donc reconstituer son carnet d’adresses, et nous vous indiquerons la meilleure manière, pour ceux d’entre vous qui le souhaiteront, de lui envoyer vos coordonnées personnelles.

Nous savons que Roland a été tenu informé de votre mobilisation partout, en France et à l’étranger, et qu’il en a été réconforté et ému.

Nous profitons de ce courrier pour exprimer notre reconnaissance à toutes celles et ceux qui ont accompagné Fariba et Roland pendant ces dix mois terribles, et notamment :

– les autorités françaises, qui ont obtenu la libération d’un premier de nos deux collègues au prix d’un travail acharné

–  la direction de Sciences Po qui a été très présente et active pour défendre ses deux chercheurs Fariba et Roland

– la presse qui a su traiter cette affaire avec tact et sens de la responsabilité 

– les villes de Paris, Metz et Strasbourg et l’Université de Genève qui les ont honorés en leur absence

Malheureusement la lutte doit continuer, et nous savons pouvoir compter sur vous, ce dont nous ne vous remercierons jamais assez.

Amicalement

Béatrice et Jean-François pour le comité


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search