L’Iran libère le chercheur français Roland Marchal, La Croix, 21/03/2020

https://www.la-croix.com/France/L-Iran-libere-chercheur-francais-Roland-Marchal-2020-03-21-1301085282?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_content=20200321&utm_campaign=NEWSLETTER__CRX_JOUR_EDITO&PMID=51cac02d5915141485ca2121b5a9355f&_ope=eyJndWlkIjoiNTFjYWMwMmQ1OTE1MTQxNDg1Y2EyMTIxYjVhOTM1NWYifQ%3D%3D

Après 9 mois et demi de détention, l’Iran a libéré le chercheur français Roland Marchal, samedi 21 mars, en échange selon Téhéran de la libération par la France d’un ingénieur iranien menacé d’extradition aux États-Unis. Sa compagne, Fariba Adelkhah, chercheuse franco-iranienne, reste toujours emprisonnée en Iran. Paris a annoncé samedi matin dans un bref communiqué la libération de Roland Marchal, attendu en France en milieu de journée. En revanche, le président français Emmanuel Macron a de nouveau « exhorté les autorités iraniennes à libérer immédiatement notre compatriote Fariba Adelkhah », chercheuse franco-iranienne toujours emprisonnée en Iran.

Vendredi, jour du Nouvel An persan, l’Iran avait annoncé un échange de détenus avec Paris. La République islamique avait alors indiqué que la France avait libéré l’ingénieur iranien Jalal Rohollahnejad, dont la justice française vient pourtant d’accepter l’extradition vers les États-Unis. La présidence française ne mentionne pas pour sa part d’échange de prisonniers.

Le comité de soutien reste mobilisé pour Fariba Adelkhah

Le comité de soutien des deux chercheurs français détenus en Iran s’est félicité de la libération de Roland Marchal. « Mais seule la moitié du chemin est parcourue. Reste en détention tout aussi arbitraire Fariba Adelkhah, de nationalité à la fois iranienne et française et donc du point de vue du droit français citoyenne à part entière de la République Française », a déclaré Jean-François Bayart, professeur à l’IHEID (Institut de hautes etudes internationales et du développement) de Genève et membre du comité de soutien, à l’AFP.

L’anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah, spécialiste du chiisme, 60 ans, et son compagnon, l’africaniste Roland Marchal, 64 ans, venu la rejoindre pour une visite privée, avaient été arrêtés par les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique du régime, le 5 juin 2019 à l’aéroport de Téhéran.

Des accusations passibles de la peine de mort en Iran

Tous deux étaient accusés de « collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale », un crime passible de deux à cinq ans de prison. La chercheuse est aussi poursuivie pour « propagande contre le système ». L’accusation d’espionnage la visant, passible de la peine de mort, a en revanche été levée en janvier. Seule Fariba Adelkhah est apparue le 3 mars à l’ouverture de leur procès, aussitôt reporté à une date non précisée.

À Paris, leur comité de soutien a toujours clamé leur innocence et réclamé leur libération immédiate, disant craindre pour leur vie en raison de leur état de santé.

Ces inquiétudes se sont renforcées avec la propagation accélérée du Covid-19 en Iran, un des pays les plus touchés au monde avec un bilan de 1 433 morts vendredi. L’épidémie est particulièrement redoutée en milieu carcéral.

Fariba Adelkhah a en outre été très affaiblie par une grève de la faim de 49 jours. Roland Marchal, en isolement quasi complet, était pour sa part très affecté « mentalement et physiquement », selon son avocat.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search