17 mars 2020

Cher(e)s ami(e)s de Fariba et Roland,

Désolée d’avoir été si longue à vous envoyer un message mais nous n’avions rien à transmettre, et beaucoup de virus à gérer ! (et moi-même à essayer de revenir du Maroc!)

Heureusement, nous avons eu, pendant le week-end et lundi, quelques nouvelles que nous vous transmettons. Rien d’important, mais des petits signes encourageants ou rassurants.

Pour ce qui est de Roland, Marius, son frère, a pu nous faire part de quelques informations que nous partageons avec vous. Roland a pu s’entretenir par whatsapp avec l’ambassadeur de France en Iran pendant une vingtaine de minutes, avec une petite partie en vidéo, ce qui a permis de vérifier un minimum son état de santé. Durant cette discussion, Roland n’a ni toussé, ni éternué, ce qui est plutôt bon signe. Il portait un masque chirurgical et son gardien un masque et des gants en latex. Il est apparu amaigri et fatigué, mais il a été très satisfait d’avoir des nouvelles de ses proches (y compris de Fariba) et de ses amis, et d’apprendre tout ce qui se fait pour eux deux tant à Paris qu’à Strasbourg, Metz et ailleurs. Il s’est à nouveau plaint de ne pouvoir disposer que d’un seul livre à la fois et a demandé à recevoir de « nouvelles lectures ». Il continue à bien s’entendre avec son codétenu qui est Iranien et parle bien l’anglais.

Pour notre part, nous avons fait parvenir, grâce à Christine Briatte, de nouveaux livres via la valise diplomatique jeudi dernier.

Les nouvelles de Fariba sont également rassurantes du point de vue de sa santé. Elle va mieux physiquement, ses reins lui font moins mal, ce qui est le plus important. Elle a pu voir l’une de ses soeurs à travers une vitre. En revanche, elle continue à être exaspérée par la façon dont elle et ses codétenues sont traitées en prison: les prisonnières ayant des soucis de santé ne sont pas traitées convenablement; Fariba n’a toujours pas pu se marier avec Roland et ne peut donc pas le voir; elle n’a pas de nouvelles de lui et est toujours aussi inquiète pour sa santé et son moral.

Mais le compte-rendu de l’entretien de l’ambassadeur avec Roland nous a permis de lui donner des nouvelles de celui-ci via sa soeur. Sans que nous soyons certains qu’il y ait un rapport de cause à effet, Fariba a décidé d’arrêter son sit-in (bast) et a réintégré sa cellule où elle peut bénéficier du soutien de ses co-détenues universitaires qui semblent être très solidaires et aidantes.

Pour l’instant, c’est tout, donc pas grand chose, mais nous continuons à espérer à la fois que des négociations entre gouvernements français et iranien aboutissent et qu’un geste humanitaire soit fait à l’occasion de Norouz (le 20-21 mars).

Etant donné la situation, il va de soi que toutes les activités prévues, à Paris, Toulouse et ailleurs sont suspendues. Il nous faut inventer d’autres formes de solidarité. A bientôt donc quand même, d’une autre façon, et évidemment je vous tiens au courant dès que nous avons d’autres nouvelles.

Amitiés


Vous aimerez aussi...