Communiqué du Comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal, 4 mars 2020, 16h à Paris

Comme vous le savez, le procès de Fariba Adelkhah et Roland Marchal aurait dû se tenir hier, mardi 3 mars, mais il a été reporté à une date inconnue. Il se confirme que Fariba Adelkhah s’est rendue au tribunal hier matin, mais qu’elle n’a pas bénéficié de l’assistance de son avocat lors de son audition. Dans ces conditions, elle a refusé de répondre aux questions du juge et de signer la déclaration (ou le procès-verbal) qu’on lui a présenté. Il se confirme également que Roland n’a tout simplement pas été déféré au tribunal.

Fariba est privée de tout moyen de communication téléphonique avec sa famille. Elle est soumise à des pressions morales et politiques similaires à celles qu’elle avait subies lors de sa détention dans l’aile des Gardiens de la Révolution, bien qu’elle soit toujours dans le quartier ordinaire des femmes.
Elle n’a aucune nouvelle de Roland Marchal dont la santé se détériore et qui est désormais totalement coupé du monde – sa dernière visite consulaire remonte à fin janvier.
Fariba, dont l’état de santé se dégrade, sera transférée dans un hôpital de la ville le temps d’un examen médical du fait de ses souffrances rénales intenses.

Nous rappelons que les autorités iraniennes mettent délibérément en danger la vie de nos deux collègues, physiquement affaiblis, en les maintenant en détention arbitraire dans un milieu carcéral surpeuplé alors que le pays est frappé d’une grave épidémie de coronavirus dont il dissimule l’ampleur.
Nous demandons une fois de plus leur libération immédiate et inconditionnelle, avant que l’irréparable ne survienne.
Nous réitérons notre appel pour la suspension de toute forme de coopération scientifique institutionnelle avec la République islamique d’Iran qu’ordonnent le bon sens et la décence.


Vous aimerez aussi...