The issue n° 49 of Sociétés politiques comparées devoted to Fariba and Roland’s research Work, 24 January 2020

A large part of this issue is dedicated to Fariba Adelkhah and Roland Marchal, who have been scientific prisoners in the Islamic Republic of Iran since June 2019. By doing this, we intend to show our solidarity with them but also to mark our commitment to academic freedom. This issue concerns first and foremost authoritarian countries where researchers can be imprisoned, repressed or even murdered, such as Giulio Regeni in Egypt in 2016. But academic freedom is indivisible, and we see it being called into question also within the more or less liberal democracies through repression and police control, the orientation of research funding and the managerial management of knowledge and research.

N49 | 2019
 

Varia

Subjectivation et (afro)féminisme dans le funk carioca

Camille Giraut

Après avoir montré le caractère « déviant » du mouvement funk observé à Rio de Janeiro et décrit le funk putaria dans la continuité d’un funk proibidão, l’article analyse les processus d’auto-érotisation des funkeiras. Ces derniers doivent se comprendre à la fois comme une réappropriation des codes du genre musical et comme une réponse contre les injonctions qui touchent spécifiquement, mais non exclusivement, les femmes noires brésiliennes issues des favelas. Les dynamiques de réappropriation par les funkeiras de termes péjorativement connotés et leur pratique d’une danse à caractère sexuel sont analysées pour leur capacité à subvertir les attentes qui pèsent sur elles et qui sont liées à des normes sexuelles et de genre, mais également de race et de classe. C’est ce qui explique que les funkeiras prennent leurs distances avec un féminisme implicitement perçu comme blanc et moralisateur, et que l’article souligne la nécessité de remodeler et de décentrer le féminisme.Lire

Un terrain biographique sur le changement politique au Maroc

Irene Bono

Dans cet article, je retrace le processus qui a amené Ahmed Benkirane, témoin de presqu’un siècle d’histoire du Maroc, à devenir le sujet avec qui j’ai construit ma recherche. Celle-ci porte sur l’affirmation de l’État-nation au Maroc, sur les formes de gouvernement et sur les modes d’exercice du pouvoir. Retracer le processus de déconstruction de nos subjectivités respectives – celle de l’acteur qui veut livrer son témoignage et celle de la chercheure qui, à partir de cette exigence, ambitionne d’y lire les tendances du changement politique – aboutit à l’affirmation d’une intersubjectivité partagée dont j’explore ici la valeur heuristique. Cette opération amène à remettre en question le partage des rôles entre le chercheur et ses sujets d’étude dans le processus de production de la connaissance et à problématiser l’idée même de source dans la recherche en sciences sociales, en déplaçant l’attention de son statut ou contenu (que la source soit orale à l’instar d’un témoignage, ou écrite à l’instar d’un objet d’archive) au processus d’interaction qui permet de l’aborder et de l’interroger.Lire

Charivaria

La passion des urnes : à propos de la contribution de Fariba Adelkhah à l’exposition « Images à l’appui/Visual Notes from the Field » (2017)

Laurent Gayer

En juin 2017, une exposition photographique s’est tenue à Sciences Po Paris autour de la photographie de « terrain ». Présentant cinq séries de travaux, « Images à l’appui/Visual Notes from the Field » entendait contribuer au dialogue entre ethnographie et photographie. Sollicitée pour participer à cette exposition, Fariba Adelkhah avait soumis une série d’images réalisées entre 2014 et 2016 au cours de consultations électorales en Iran et en Afghanistan. Ces images et leurs légendes faisaient écho à une oeuvre d’anthropologie politique traquant le changement social dans l’épaisseur de ses strates historiques et culturelles, sans se laisser intimider par le poids apparent de la Tradition mais sans céder non plus aux sirènes du Développement et de la Reconstruction.Lire

Roland Marchal au travail : les multiples facettes d’un chercheur tout terrain

Dossier établi par Marielle Debos

La série d’articles présentée ici rassemble des témoignages et réflexions sur le travail de Roland Marchal et dessine un portrait du chercheur de terrain, du sociologue des conflits, de l’intellectuel public et de l’expert des réunions onusiennes. Tatiana Carayannis et Louisa Lombard soulignent ses contributions novatrices à l’analyse de la société en guerre en Centrafrique. Enrica Picco présente le chercheur-expert qui critique sans ménagement les interventions de la « communauté internationale » et ose des propositions de sortie de crise « out of the box ». Grâce à Delphine Kemneloum Djiraïbe apparaît une autre facette du personnage : celui qui s’engage sur ses terrains, travaille avec la société civile tchadienne et n’a pas peur d’expliquer, à Paris comme à N’Djamena, les raisons du soutien de la France à Idriss Déby.Lire

http://fasopo.org/revue?fbclid=IwAR02VT0vUWRrhYUeBKtvCoZLxj2M2rLSL-tQZc6qnKjd1Axxc5WGz36hx88


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search