Asal Bagheri

Fariba joon, Il n’y a pas un jour où je ne pense pas à vous. Je ne peux même pas imaginer ce que vous et M. Marchal endurez.  Les mots me manquent… Je vais alors emprunter ceux d’une femme extraordinaire qui fut à son temps aussi incomprise que vous, Forough Farokhzad: « Au seuil d’une saison froide, dans la réunion du deuil des miroirs, et dans le rassemblement funéraire des pâles expériences, dans ce coucher de soleil engrossé par le savoir du silence, comment peut-on arrêter, celui qui s’en va patient, lourd, égaré… » Dans l’attente de votre retour, je compte les jours…Mibousametoun, Asal (BAGHERI)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search