La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, arrêtée en 2019 en Iran, est sortie de prison, Le Monde/AFP, 10 février 2023

L’anthropologue franco-iranienne avait été condamnée en mai 2020 à cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale, des accusations qu’elle avait toujours rejetées.

La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, prise en photo en septembre 2012.
La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, prise en photo en septembre 2012. THOMAS ARRIVE / AFP

Un peu plus d’un an après sa nouvelle incarcération, l’anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah a été libérée vendredi 10 février, a fait savoir dans un tweet Sciences Po, où elle travaillait. L’information a ensuite été confirmée par le ministère des affaires étrangères français qui demande qu’elle « recouvre l’ensemble de ses libertés ».

« C’est avec bonheur et soulagement que nous annonçons la libération de notre chère collègue Fariba Adelkhah », écrit l’institution. « Otage des autorités locales, elle était une prisonnière scientifique », poursuit-elle, avant de remercier « tous ceux qui ont permis sa libération ».

C’est avec bonheur et soulagement que nous annonçons la libération de notre chère collègue Fariba Adelkhah, détenue… https://t.co/lggra2ycDi— sciencespo (@Sciences Po)

Spécialiste du chiisme et de l’Iran post-révolutionnaire à Sciences Po Paris, elle avait été arrêtée, tout comme son compagnon Roland Marchal, en juin 2019. Condamnée à cinq ans de prison en mai 2020 pour atteinte à la sécurité nationale, elle avait bénéficié d’une « libération temporaire » en octobre 2020, avant d’être à nouveau incarcérée en janvier 2022.

Roland Marchal, également chercheur, avait, lui, été libéré en mars 2020, après que Paris eut libéré l’ingénieur iranien Jalal Rohollahnejad, dont les Etats-Unis réclamaient l’extradition pour violation des sanctions américaines contre l’Iran. Lire aussi la tribune : Article réservé à nos abonnés Iran : « Le retour de l’anthropologue Fariba Adelkhah derrière les murs de la prison ne se réduit pas à la seule question nucléaire »

« La France se réjouit de la libération ce soir » de Mme Adelkhah, a déclaré la porte-parole du ministère des affaires étrangères, Anne-Claire Legendre, dans un communiqué. « Il est essentiel que Mme Fariba Adelkhah puisse recouvrer l’ensemble de ses libertés, y compris celle de retourner en France si elle le souhaite », a-t-elle ajouté. « Elle est libre mais on ne sait rien de son statut », s’est inquiété auprès de l’Agence France-Presse un de ses proches sous couvert d’anonymat.

Grâce d’un « nombre important » de prisonniers

Dimanche, le bureau du dirigeant suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, avait annoncé une grâce en faveur d’un « nombre important » de condamnés, y compris ceux emprisonnés lors des manifestations contre le régime iranien depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, détenue pour infraction au code vestimentaire.

Jeudi, des médias basés à l’étranger ont rapporté que sept femmes militantes et journalistes avaient été libérées de la prison d’Evin à Téhéran.

Plusieurs dizaines d’Occidentaux sont détenus en Iran, décrits par leurs soutiens comme des innocents utilisés par Téhéran comme leviers de négociation. Des pays comme la France, dont sept ressortissants étaient jusqu’ici détenus en Iran, n’hésitent plus à accuser Téhéran d’en faire des « otages d’Etat ». « La France rappelle sa demande de libération immédiate et sans conditions de tous les ressortissants français détenus arbitrairement en Iran », a déclaré vendredi soir Mme Legendre.

D’autres Français encore détenus

Outre Mme Adelkhah, le Français Benjamin Brière a été arrêté en mai 2020 et condamné à huit ans et huit mois d’emprisonnement pour espionnage. Cécile Kohler et son compagnon Jacques Paris ont, eux, été arrêtés en mai 2022 alors qu’ils faisaient …. LIRE LA SUITE



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2023, 10 février). La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, arrêtée en 2019 en Iran, est sortie de prison, Le Monde/AFP, 10 février 2023. Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opce

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search