Macron et l’Iran sur France Inter : les otages français oubliés, Communiqué du 14 novembre 2022

France-Inter et la présidence de la République nous ont réservé en ce matin du 14 novembre l’un de ces grands moments de n’importe-quoi médiatique dont la France a le secret. Deux éminents journalistes ont interrogé le chef de l’État sur la situation en Iran avant de transformer le palais de l’Élysée en studio pour interviewer quatre militantes de « différentes générations », nous a-t-on gravement expliqué.

Pas un mot du président de la République, pas une question de la part des journalistes à propos des otages français détenus en Iran alors même que l’on apprenait de la bouche de la ministre des Affaires étrangères qu’en réalité ceux-ci étaient au nombre de sept, et non pas de cinq comme on le croyait.

Pas une réflexion non plus sur l’usage immodéré et inconsidéré du terme de « révolution » à propos de ce qui se produit en Iran. Avec tout le respect que nous avons à l’égard des manifestantes et manifestants iraniens qui luttent pour leur liberté au péril de leur vie, et à l’égard de cette délégation de femmes iraniennes reçues par le chef de l’État, il n’est pas inutile de rappeler que dans l’état actuel des choses aucune force politique ne semble prête à l’organiser et à lui offrir un débouché viable, en termes de changement de régime, sans laquelle il ne saurait y avoir une « révolution ».

De ce point de vue un peu de lucidité quant aux soutiens dont disposent les cheffes de file de la diaspora iranienne aux États-Unis et au Canada parmi les néoconservateurs, les trumpistes et la Religious Right ne nuirait pas à la qualité de l’analyse politique et de l’exercice journalistique. Aucune leçon ne semble avoir été retenue du devenir des Printemps arabes après 2011 ou des désastreuses prestations gouvernementales des représentants de la diaspora irakienne amenée au pouvoir à Bagdad dans les fourgons de l’armée américaine, en 2003. Comment ne pas s’interroger sur l’incongruité diplomatique de cette exaltation de la « révolution » qui serait en cours en Iran quand la France est en train de négocier avec les autorités de Téhéran la conclusion d’un nouvel accord sur le nucléaire et, espérons-le, la libération de nos compatriotes. 

Peut-être la non-évocation du sort de ces derniers a-t-elle fait l’objet d’un accord préalable entre le président de la République et ses intervieweurs… ce qui révèlerait une drôle conception du journalisme. L’argument brandi aura sans doute été le souci de ne pas compromettre les discussions en cours. Nous ne méconnaissons pas leur difficulté, les servitudes et la grandeur du métier de diplomate, la nécessité parfois du silence que nous avons nous-mêmes souvent observé depuis 2019 en bénéficiant de la compréhension et de l’indulgence de nombre de journalistes. Mais, en l’occurrence, en ce 14 novembre, nous avons reçu l’occultation de nos sept compatriotes par le chef de l’Etat et ses interlocuteurs de France Inter comme une gifle. Et nous comprendrions mieux l’argument s’il pouvait se targuer de son efficacité. Or c’est loin d’être le cas. Depuis 2019 la France n’a obtenu la libération que d’un seul de ses otages – notre collègue Roland Marchal, le 20 mars 2020 – et a enregistré la capture de six autres de ses ressortissants. A l’issue de cette Matinale en tout point consternante jamais l’indépendance d’esprit et d’analyse de la doyenne des otages français en Iran, Fariba Adelkhah, ne nous a fait aussi cruellement défaut.

Le comité



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2022, 14 novembre). Macron et l’Iran sur France Inter : les otages français oubliés, Communiqué du 14 novembre 2022. Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opbc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search