Communiqué du 26 août 2022 : Ami(e)s journalistes, attention aux mots que vous utilisez !

Nous remercions la presse de l’attention qu’elle porte au sort de notre collègue Fariba Adelkhah, prisonnière scientifique en Iran depuis le 5 juin 2019 et arbitrairement détenue depuis cette date en la prison d’Evin. Mais nous lui demandons d’être vigilante sur les termes qu’elle utilise à ce propos.

1) Régulièrement nous lisons ou entendons qu’Olivier Dubois est le “dernier otage français”. Ce n’est pas lui nuire ni euphémiser l’iniquité et la violence qui le frappent que de s’inscrire en faux contre cette assertion. C’est en revanche prendre le risque de nuire à Fariba Adelkhah et aux trois autres citoyens français qui sont incarcérés en Iran sous le même prétexte d’atteintes à la sécurité nationale et qui sont bel et bien otages des Gardiens de la Révolution, lesquels font primer leur volonté, leur arbitraire et leur propre agenda politique sur les recommandations du ministère des Affaires étrangères et  du ministère du Renseignement, sur les décisions de la Justice et sur les avis de l’administration pénitentiaire de la République islamique, comme le prouve précisément l’évolution du dossier de Fariba Adelkhah. Ne pas reconnaître la qualité d’otage à nos ressortissants dans les mains des Gardiens de la Révolution, c’est dédouaner à bon compte ces derniers et légitimer peu ou prou les accusations fallacieuses dont ils sont l’objet. Rappeler ce point n’équivaut pas pour autant à entériner la caractérisation des Gardiens de la Révolution comme “organisation terroriste” que Donald Trump a édictée pour piéger son successeur. La précision du vocabulaire et des enchaînements narratifs ou explicatifs s’impose si nous ne voulons pas être instrumentalisés par l’une ou l’autre des protagonistes de la bataille politique en cours.

2) De même la presse a souvent reproduit (et continue de le faire) l’affirmation selon laquelle Fariba Adelkhah a été réincarcérée en janvier parce qu’elle n’aurait pas respecté les conditions de son contrôle judiciaire. Cela est complètement faux et ne fait que relayer la propagande du régime qu’ont colportée avec zèle les diplomates iraniens, notamment en France. En réalité, l’administration de la prison d’Evin, seule compétente en la matière, n’a jamais demandé la réincarcération de Fariba Adelkhah. Et la procédure qui aurait dû prendre plusieurs mois n’a pas été respectée. La décision a été prise le lundi sans décision  ni judiciaire ni pénitentiaire et a été exécutée le mercredi. Il s’agit d’une mesure d’ordre strictement politique, sans doute dans le contexte de la reprise des négociations nucléaires. Nous répétons haut et fort que Fariba Adelkhah a respecté le contrôle judiciaire à laquelle elle était astreinte.

Face à des geôliers qui font flèche de tout bois il importe d’être très prudents dans le choix des mots et la présentation des faits. Nous en remercions par avance les journalistes.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search