Inauguration d’une banderole de soutien à Fariba Adelkhah, Université de Genève, 9 juin 2022

Une banderole de soutien à Fariba a été déroulée à l’université de Genève. Un grand merci pour leur soutien continu depuis 3 ans. Retrouvez ci-dessous les allocutions de M. Stéphane Berthet, vice-recteur de l’Unige, de la professeure Juliet Fall, Faculté des Sciences de la Société, Département de Géographie et de Didier Péclard, membre de la faculté des Sciences de la Société et du Comité de soutien à Fariba.

  1. Allocution de M. Stéphane Berthet, vice-recteur de l’Unige

Madame, Monsieur,

C’est sous le titre « Sauvez les chercheurs. Sauvez la recherche pour sauver l’histoire » que nous inaugurons aujourd’hui cette banderole en soutien de Mme Fariba Adelkhah.

Le 5 juin 2019, Mme Fariba Adelkhah, anthropologue franco-iranienne, directrice de recherche à Science Po Paris, Prix Joliot-Curie de la femme scientifique de l’année 2020, a été arrêtée en Iran alors qu’elle y séjournait pour mener ses recherches de terrain.

Trois ans plus tard, elle est toujours détenue à la prison d’Evin à Téhéran.

Très tôt, l’Université de Genève, fidèle à ses engagements en faveur d’une recherche scientifique libre et indépendante, s’est associée aux nombreuses voix qui ont condamné son arrestation et qui qui continuent à exiger sa libération.

C’est aussi dans cet esprit que notre université a décerné à Mme Adelkhah en octobre 2020 le titre de Docteure Honoris Causa.

Condamnée à cinq ans de prison à la suite d’une parodie de procès au cours duquel elle a été reconnue coupable de « propagande contre le système » politique de la République islamique et « collusion d’atteinte à la sûreté nationale », Mme Fariba Adelkhah n’a pourtant jamais fait ni plus ni moins que son travail d’anthropologue attentive aux nuances et aux détails du quotidien dans ce qu’ils révèlent du fonctionnement de la société iranienne.

C’est d’ailleurs ce travail qui lui vaut la reconnaissance de ses pairs et fait d’elle une des grandes spécialistes de l’Iran contemporain. On lui doit notamment une réflexion profonde sur les dynamiques historiques de la modernité en Iran ainsi que sur la problématique des relations que l’Iran a entretenues, dans la longue durée, avec le reste du monde et qui ont contribué à en définir la société culturelle et politique contemporaine.

Formidable enquêtrice de terrain, restituant avec subtilité et ironie les faits relevés, mais avec toujours beaucoup d’empathie et de respect pour les gens qu’elle étudie, elle a su rendre intelligible de façon particulièrement nuancée et subtile les transformations sociales et religieuses qu’a connues l’Iran post-révolutionnaire.

Mme Fariba Adelkhah n’a jamais fait « de politique », ne s’est jamais posée en militante, a toujours porté un jugement équilibré sur la République islamique. En anthropologue qu’elle est, elle s’en est toujours tenue à la complexité des faits, des pratiques effectives, au risque de froisser les idées reçues et les préjugés ou les automatismes idéologiques.

C’est donc bien comme « prisonnière scientifique » que Mme Fariba Adelkhah est détenue depuis trois ans en Iran. Son sort est à cet égard tristement emblématique des menaces qui pèsent sur la pratique du métier de chercheur et sur la liberté académique au sens large.

L’Université de Genève a marqué de façon répétée son soutien à Mme Fariba Adelkhah, et l’inauguration de cette banderole aujourd’hui, après plus de 1000 jours de détention, vient souligner encore cet engagement.

Au cœur de la Genève internationale, notre Université est imprégnée des valeurs de Genève que sont une ouverture internationale, le respect des droits humains, la sensibilité aux diverses cultures, à l’éthique, à l’humanisme et à la tradition de recherche scientifique.

L’Université promeut ces valeurs, en garantissant un environnement qui favorise l’apprentissage et la réflexion critique, un environnement de recherche, de travail et d’étude égalitaire et en particulier en s’engageant sur la préservation de la liberté académique de ses membres qui est une condition indispensable à la poursuite pleine et entière de ses missions.

Elle défend également cette liberté académique et son application dans le reste du monde par notamment notre engagement au sein du réseau Scholar at Risk qui nous permet d’apporter notre aide et notre protection aux universitaires dont la vie et la liberté sont menacés simplement parce qu’ils exercent leur métier en prônant le principe fondamental de la liberté académique.

L’Université de Genève est ainsi active, dans la mesure de ses moyens, sur le domaine humanitaire où l’urgence reste hélas très présente tout autour du globe, et sur la défense de la liberté académique qui aujourd’hui fait l’objet d’un nombre accru d’attaques. 

Nous sommes convaincus que les universités sont aujourd’hui plus que jamais essentielles pour nous aider à comprendre le présent et à construire l’avenir pour le développement d’un monde plus durable et l’Université de Genève entend tenir son rôle dans ce domaine surtout lorsque la liberté académique est menacée.

Alors qu’elle avait entamé une grève de la faim qui durera près de 40 jours, Mme Fariba Adelkhah avait envoyé cet appel : « Sauvez les chercheurs. Sauvez la recherche pour sauver l’histoire ». Plus de 100 jours après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe et les falsifications de l’histoire sur lesquelles s’appuie le pouvoir russe pour « justifier » son action, son appel est plus que jamais d’actualité.

Je vous remercie de votre attention

2/ Parce qu’elle faisait son travail

Prof. Juliet Fall, Faculté des Sciences de la Société, Département de Géographie

Je prends la parole au nom de la Faculté des Sciences de la Société.  Symboliquement, nous avons eu l’honneur d’accueillir Fariba Adelkhah parmi nous. A distance mais en solidarité. Une collègue de cœur, arrêtée parce qu’elle faisait son travail.

Fariba Adelkhah est une chercheuse en science sociale. Une profession qui implique, au jour le jour, de négocier l’équilibre entre participer à la vie sociale et l’observer, pour pouvoir expliquer le monde. Pour maintenir cet équilibre difficile, il faut cette garantie fondamentale de la liberté académique. La possibilité de choisir ses thèmes de recherche ; de définir à quelles questions on souhaite répondre ; de participer à des collectifs et des débats au sein du monde universitaire et au-delà ; de publier et de partager ses résultats ; d’en débattre avec autrui. Fariba n’a pas choisi les questions les plus simples, ni les terrains les plus accessibles. Mais elle a choisi de traiter des questions fondamentales en se plongeant dans des réalités complexes, par le terrain, par l’expérience.

En science sociale, pour celles et ceux qui ont recours à la démarche ethnographique, faire un travail de terrain, c’est observer le monde tout en y participant. C’est – parfois – se déplacer en zones de guerre, en climat extrême, en milieu hostile, mais toujours avec curiosité, ouverture d’esprit et bienveillance. Je cite ici Fariba, dans son magnifique livre Les mille et une frontières de l’Iran : quand les voyages forment la nation, publié en 2012, qui nous explique son expérience du terrain:

« Cette recherche a été une école de vie. Je m’y suis jetée sans méfiance ni a priori parce que le terrain allait de soi et que sa fluidité était en quelque sorte celle-là même des voyages qui en étaient l’objet. Ce qui ne m’a pas évité certaines expériences désagréables, voire intimidantes (…). Dire que je n’ai jamais eu peur ni jamais eu le sentiment d’être soupçonnée serait mentir. Mais pour autant, ce travail de terrain n’a rien eu d’héroïque. Simplement, j’ai éprouvé cette condition d’un statut inhabituel, aux marges des rapports sociaux et même des pratiques professionnelles en usage dans les milieux universitaires, qu’éprouvent eux-même les voyageurs que j’ai croisés, de leur point de vue. Je me suis prise au jeu, mais sans jamais me jouer des personnages que j’ai étudié (…). Ou plutôt, l’anthropologue que j’étais faisait partie du jeu » (fin de citation).

Cette grande voyageuse, cette chercheuse inspirante, cette courageuse observatrice des expériences humaines du déplacement et du voyage, est actuellement forcée à être immobile. Celle qui a compris que les identités se construisent aussi par les déplacements et par les échanges, ne peut plus aller nulle part. Elle est enfermée en prison depuis 1000 jours parce qu’elle faisait son travail. Parce que certains ne comprennent pas ce que signifie la recherche scientifique en science sociale. Ou parce que certains ont volontairement choisi de ne pas comprendre.

Je souhaite que ce courage qu’elle a forgé dans ses travaux de terrain l’aide à survivre à cette expérience absurde et injuste. J’espère qu’elle a la force de rester libre dans sa tête, en attendant de pouvoir être à nouveau libre dans ses mouvements.

Elle faisait son travail. Et par là, elle nous rappelle l’extrême privilège que nous avons de pouvoir faire le nôtre, librement.

3/ Didier Péclard, Faculté des Sciences de la Société & Comité de soutien à Fariba

Madame, Monsieur, chères et chers collègues,

Je vous remercie pour votre présence ce matin en cette période très chargée. Si j’osais je dirais que, si elle avait pu choisir la date de son arrestation, Fariba Adelkhah aurait sans aucun doute eu la décence d’opter pour une période de l’année académique plus calme…

Permettez-moi également de remercier chaleureusement, au nom du comité de soutien à Fariba Adelkhah, l’Université de Genève pour le soutien qu’elle lui apporte, et qu’elle apporte à la cause de la liberté académique en général.

Fariba est donc, cela vient d’être rappelé, prisonnière scientifique depuis trois ans maintenant. Pourquoi « scientifique » et pas « politique » ? Cette question s’est posée au comité de soutien dès qu’il a été possible d’informer et de communiquer au sujet de cette arrestation. Parler de Fariba comme d’une prisonnière scientifique et non pas politique, c’est tout d’abord respecter la façon dont elle a toujours conçu son métier de chercheuse, en toute indépendance.

C’est ce qu’elle notait d’ailleurs dans une lettre ouverte adressée au Président Mahmoud Ahmadinejad en 2009, au plus fort de la contestation sociale contre les résultats des élections qui venaient de lui assurer sa réélection au premier tour, une lettre écrite, de façon presque prémonitoire, en soutien à une jeune doctorante française, Clotilde Reiss, qui venait d’être arrêtée et jugée pour « espionnage » :

J’ai toujours défendu l’indépendance de ma profession vis-à-vis de la politique. Pour cela, j’ai été attaquée de toutes parts, en Iran comme à l’extérieur du pays, par des hommes de pouvoir et des intellectuels. Tout cela parce que mes écrits sont considérés comme peu islamiques par certains fondamentalistes ou pas assez laïques par ceux qui se disent défenseurs de la démocratie. J’ai toujours voulu rester en dehors de ces débats, car j’ai un temps de vie restreint et beaucoup de travaux à finir.

Parler de Fariba comme d’une prisonnière scientifique, c’est rappeler que les faits qui lui sont reprochés, et les soi-disant « preuves » qui ont été accumulées contre elle, sont ses écrits scientifiques, publiés ou mis en ligne, que chacun peut consulter à sa guise.

A ce propos, Roland Marchal, son collègue et compagnon arrêté le même jour qu’elle et libéré 10 mois plus tard, soulignait lorsqu’il est venu à Genève en octobre 2020 pour recevoir au nom de Fariba le doctorat honoris causa que lui a décerné l’Université de Genève, que, la question de la définition du métier de chercheur, de ce qu’est la liberté universitaire, a sans arrêt été en jeu dans les interrogatoires qu’il et elle ont subis.

« Sauvez les chercheurs, sauvez la recherche pour sauver l’Histoire », a écrit Fariba depuis la prison d’Evin dans une autre lettre adressée cette fois à Ebrahim Raïssi, alors chef du pouvoir judiciaire, aujourd’hui président de la République iranienne. Elle faisait allusion à un livre qu’elle aime de l’historien subalterniste indien, spécialiste de la Chine, Prasenjit Duara : Sauvegarder l’Histoire de la Nation (Rescuing history from the nation).

Et c’est bien de cela qu’il est question aujourd’hui. Sauver la recherche, c’est souligner et valoriser la complexité du monde social contre les simplifications et les manipulations de l’histoire à des fins politiques, voire militaires, dont l’invasion de l’Ukraine nous fournit un exemple tristement d’actualité. Sauver la recherche, c’est créer et défendre des espaces de débat dans lesquels la « polyphonie des voix » qui constituent la nation, pour reprendre une expression de Prasenjit Duara, puisse se faire entendre. Sauver la recherche, c’est, comme le rappelait ma collègue Juliet Fall à l’instant, permettre à des chercheuses et à des chercheurs de s’immerger dans des terrains difficiles, mais dont seule une fréquentation régulière et approfondie permet de comprendre et de rendre compte de la complexité.

En ces temps de recul démocratique, la tâche est des plus ardues. Le réseau Scholars at Risk a ainsi relevé, entre septembre 2020 et août 2021 pas moins de 332 attaques contre la communauté académique dans 65 pays différents, causant quelque 110 morts et conduisant à l’emprisonnement d’une centaine de personnes – tout en reconnaissant que ce travail de veille ne peut correspondre qu’à une petite fraction de la réalité, et que la situation est sans aucun doute beaucoup plus grave.

Face à cela, que peut faire une simple banderole ? Deux choses au moins. Tout d’abord, et si je peux reprendre à mon compte les propos du rappeur et activiste social camerounais Valsero – qui a lui aussi goûté aux geôles de son pays – , depuis une cellule de prison, tout s’entend, à commencer par le silence. Rappeler l’injustice de la détention de Fariba et de tant d’autres de ses compagnons d’infortune, c’est donc les soutenir dans leur combat au quotidien. Cette banderole est, ensuite, une façon de rappeler que la liberté académique n’est jamais acquise une fois pour toutes. Elle est et restera une lutte de tous les jours, ici comme ailleurs.

Le combat de Fariba est donc bien le nôtre, c’est-à-dire celui de la communauté des chercheuses et des chercheurs, au sens large, et dans l’intérêt du débat démocratique.

La banderole que nous inaugurons aujourd’hui restera sur la façade d’Uni Mail jusqu’au mois d’août. Puis elle sera installée ici même, sur une des coursives à l’intérieur du bâtiment, où elle restera jusqu’à début octobre.

Et je vous donne rendez-vous le 6 octobre, durant la semaine de la démocratie, pour une table ronde qui sera consacrée aux libertés scientifiques.

Merci pour votre attention et votre soutien !


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search