Communiqué du 20 mars 2022

Shokrollah Jebeli, un citoyen australo-iranien de 83 ans, est décédé dans la prison d’Evin faute de soins adéquats. La concomitance de cette mort – dont les autorités iraniennes portent l’entière responsabilité – avec la fête de Norouz souligne à nouveau la cruauté et le cynisme de ces dernières. Nous présentons à la famille nos condoléances, et ne pouvons nous empêcher de nous inquiéter au sujet de notre collègue Fariba Adelkhah, prisonnière scientifique depuis le 5 juin 2019, qui passe son troisième Norouz derrière les murs de cette même prison, sous la menace de l’épidémie de la Covid-19.

À la lecture de différents articles de presse, nous tenons à rappeler qu’Olivier Dubois n’est pas le “dernier otage français” en détention. Fariba Adelkhah reste elle aussi otage de la République islamique d’Iran, décidément fidèle à ses méthodes diplomatiques initiales.

Rappelons également que Fariba Adelkhah n’a pas été réincarcérée parce qu’elle n’avait pas respecté les conditions de son contrôle judiciaire, thèse officielle de la République islamique d’Iran que relayent malheureusement certains journalistes français, pour le plus grand bonheur de ses geôliers. Nous savons de source sûre que le directeur de la prison d’Evin, en charge du suivi du contrôle judiciaire des détenus placés sous sa responsabilité,, n’a jamais demandé sa réincarcération. La mesure a été prise précipitamment, en dehors de la procédure usuelle, pour des raisons strictement politiques, liées au jeu factionnel interne au régime et/ou d’ordre diplomatique.

Nous appelons les médias français à la plus grande prudence dans le traitement journalistique de la détention de Fariba Adelkhah, et restons à leur disposition pour compléter ou vérifier les informations dont ils disposent.

Jean-François Bayart pour le comité


Vous aimerez aussi...