“La femme du jour. Fariba Adelkhah”, Alexandre Fache, L’Humanité, 2 mars 2022

Mardi 1er mars, c’est un « triste anniversaire » qu’a célébré le comité de soutien à la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, privée de liberté depuis 1 000 jours et son arrestation, le 5 juin 2019, pour espionnage et atteinte à l’ordre public. Des incriminations abandonnées par le régime iranien, pour conserver celles de « propagande contre le système » et de « complot contre la sûreté nationale » qui ont valu à la directrice de recherches à Science-Po une condamnation à cinq années de détention. Après plus d’un an à la prison d’Evin, l’anthropologue a bénéficié d’un placement sous bracelet électronique et retrouvé sa famille à Téhéran. Mais, le 12 janvier, elle a été incarcérée à nouveau. Une sanction « purement politique », liée aux « relations tumultueuses entre l’Iran et les chancelleries occidentales », analyse Jean-François Bayart, le président de son comité de soutien.



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2022, 3 mars). “La femme du jour. Fariba Adelkhah”, Alexandre Fache, L’Humanité, 2 mars 2022. Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/op8e

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search