“Il y a 1000 raisons de s’intéresser à Fariba Adelkhah et à ses travaux, pas une seule de la maintenir en prison”, Comité de soutien de Fariba, Mairie de Paris centre, 1er mars 2022

Pour ceux qui n’ont pu être présents le 1er mars devant la Mairie de Paris Centre pour les 1000 jours de détention de Fariba, voici les mots prononcés par Sandrine Perrot pour le Comité de soutien.

Je voudrais tout d’abord tous vous remercier au nom du Comité de soutien de Fariba pour votre présence ici aujourd’hui, malgré vos emplois du temps chargés, malgré les vacances. Nous savons tous combien c’est important d’être là. Merci aussi à la Mairie de Paris centre et en particulier à Marie-Christine Lemardeley, adjointe à l’enseignement supérieur de la Mairie de Paris et à Ariel Weil, le maire (à travers son adjointe) pour avoir initié ce rassemblement pour les 1000 jours de détention de Fariba. Merci bien sûr à Mathias Vicherat et la direction de Sciences Po, ainsi qu’à Laurence Bertrand-Dorléac, présidente de la FNSP pour être chaque fois présents lors de ces rassemblements.

1000 jours de détention, c’est à l’évidence 1000 jours de trop. D’autant plus quand depuis janvier, Fariba est à nouveau derrière les barreaux de la prison d’Evin après avoir passé plus d’une année en résidence surveillée.

Nous sommes donc à nouveau dans un cycle où les informations sur ses conditions de détention à Evin, sur sa santé ou son moral sont rares et où la situation sanitaire au sein de la prison nourrit nos inquiétudes.

Le retour à la routine imposée du quarter des femmes à la prison d’Evin est certes plus rassurant que s’il était comme dans les premiers mois de détention de Fariba dans le quartier des Pasdaran. Mais il a le goût plus qu’amer d’une ré-incarcération, basée, à nouveau, sur de fausses accusations. La routine ne doit laisser place ni à l’habituation, ni à la banalisation.

Fariba, on le sait, saura se créer des espaces de liberté dans cet univers carcéral oppressant et souvent kafkaïen mais notre soutien continu est plus que jamais essentiel pour Fariba, pour la liberté académique qui, ne l’oublions pas, concerne aujourd’hui l’Iran mais nous concerne tous, sur tous les continents. L’arrestation d’universitaires russes, ukrainiens, biélorusses le montre aujourd’hui encore, sans oublier nos collègues turcs, chinois, égyptiens et de tant d’autres pays foulant sans vergogne les libertés universitaires et l’esprit même du savoir.

Restons donc vigilants et unis derrière Fariba, à ses côtés, jusqu’à sa libération.

Nous le savons, continuons de le faire savoir: il y a 1000 raisons de s’intéresser à Fariba et à ses travaux, pas une seule de la maintenir en prison.

Sandrine Perrot pour le comité de soutien


Vous aimerez aussi...