Fariba sous la menace du Covid, Communiqué du 10/02/2022

Cher(e)s ami(e)s de Fariba,

Le 11 février, la République islamique d’Iran commémore sa révolution. 

C’est un jour de grâce : le sera-t-il pour Fariba? Ce serait justice et prudence.

Car la situation n’est désormais plus seulement ubuesque, elle est également inquiétante. Nous avons appris que l’une des compagnes de Fariba à Evin, Bahareh Soleimani, avait attrapé le Covid et que, pour cette raison, elle avait été éloignée de ses codétenues. Malheureusement ces dernières n’ont pas été testées et il est probable qu’une partie d’entre elles l’ont également contracté. Quand on sait le peu d’attention qui est porté à la santé des prisonniers, comme l’atteste la mort le 8 janvier dernier du poète et réalisateur Baktash Abtin, on ne peut qu’être extrêmement inquiet. 

Sinon, le traitement diplomatique et judiciaire continue… sans grande visibilité. 

L’avocat de Fariba, qui ne peut la voir qu’une fois par mois, a déposé dimanche dernier un appel contre la décision de sa réincarcération.

Les déclarations très engagées du président de la République comme de son ministre des Affaires étrangères ne se sont pas encore traduites dans les faits, mais l’on sait que ces négociations sont longues et chaotiques.  

Les négociations sur le nucléaire iranien seraient entrées dans une étape décisive, mais les articles de presse sont à prendre avec des pincettes car chacun envoie ses messages à travers les journalistes. Il est probable que les Américains négocient en parallèle un échange de prisonniers mais il est impossible de savoir si cela se fait en coordination avec les Européens ou si les signataires de l’accord sur le nucléaire mènent ces négociations, chacun selon son tempérament.

Les manifestations de soutien à Fariba sont, quant à elles, bien réelles.

La ville de Strasbourg (https://faribaroland.hypotheses.org/11140) et l’université de Paris 8 (https://faribaroland.hypotheses.org/11241) affichent à nouveau leur solidarité en apposant une banderole sur leur façade. 

Les journalistes ont largement relayé les conditions dans lesquelles Fariba a été réincarcérée et les messages de soutien officiels. 

Des politiques, des collègues et des citoyens relaient quotidiennement des messages pour demander sa libération immédiate et inconditionnelle.

Des universitaires proposent de discuter des travaux de Fariba dans leurs cours, des journées d’études sont organisées, de nouvelles étapes de la caravane des libertés scientifiques sont en cours d’organisation à Varsovie, Oxford, Strasbourg, Marseille et Paris avec le cas de Fariba en tête d’affiche.

Le séminaire du CERI dédié à ses travaux va reprendre avec une première séance fin mars.

Merci à vous tous et toutes de la soutenir ! Et à bientôt pour un nouveau rassemblement autour du 20 mars pour fêter Norouz avec Fariba.

Amicalement

Béatrice pour le comité de soutien



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2022, 10 février). Fariba sous la menace du Covid, Communiqué du 10/02/2022. Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/op7y

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search