“Il faut rendre sa liberté à Fariba Adelkhah !”, Communiqué SNPTES/UNSA, 18 janvier 2022

Nous avons appris avec consternation et colère la semaine dernière que l’anthropologue Fariba Adelkhah avait été réincarcérée en Iran, avec pour motif officiel, le non-respect des règles de son assignation à résidence. Prisonnière du régime iranien depuis juin 2019, condamnée à 5 ans de prison, elle était depuis octobre 2020 sous contrôle judiciaire avec un bracelet électronique et un contrôle strict de ses déplacements.

L’UNSA Éducation condamne avec fermeté cette nouvelle incarcération et demande au Président de la République Emmanuel Macron d’agir rapidement pour obtenir la libération définitive de Fariba Adelkhah. Elle n’a en effet commis aucun crime et demeure détenue par l’Iran pour des raisons qui n’ont rien à voir avec son travail. Chercheuse reconnue internationalement pour ses travaux  d’anthropologie, Fariba Adelkhah subit la répression du pouvoir iranien, sans aucun fondement.

Au-delà de cette exigence de justice, il s’agit de défendre le principe d’une recherche scientifique, libre et indépendante, qui ne doit pas être soumise au bon vouloir de tel ou tel régime politique dans le monde. À travers son exemple, c’est toute la recherche française à l’étranger qui est mise en danger. Il faut obtenir sans délais sa libération : l’UNSA Éducation appelle à soutenir toutes les initiatives qui iront dans ce sens. 

Solidarité avec Fariba Adelkhah !

Pour davantage d’infos, le site du centre de recherches auquel elle appartient, le CERI Sciences Po.
Vos élus SNPTES UNSA

www.snptes.fr


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search