Communiqué: De l’art de justifier l’injustifiable

English

Cher(e)s ami(e)s de Fariba,


Comme il fallait s’y attendre le pouvoir “judiciaire” iranien prétend justifier la réincarcération de notre collègue par son prétendu non respect des règles de son assignation à résidence. Son avocat récusera point par point ces accusations infondées. Car Fariba Adelkhah a fondamentalement respecté les limitations apportées à sa liberté de circulation, autant qu’il est possible de se conformer à une dizaine de pages de stipulations kafkaïennes, sans compter les dysfonctionnements réguliers et connus de son bracelet électronique et la non communication à la société privée de surveillance des autorisations dérogatoires qui lui avaient été chichement accordées, par exemple pour se rendre sur la tombe de ses parents.


Rappelons également que l’intervention des services de sécurité avait limité le périmètre de circulation de Fariba Adelkhah à 300 mètres autour de son domicile alors que la décision initiale du tribunal comportait un périmètre beaucoup plus ample.


Enfin Fariba Adelkhah ne s’est jamais vu notifier d’avertissement en bonne et due forme, conformément à l’usage, quant à ses prétendues violations des dispositions de son assignation à résidence.

Ces contorsions sémantiques ne peuvent faire oublier l’essentiel. Le problème n’est pas de savoir si Fariba Adelkhah a, ou n’a pas, respecté les dispositions de son assignation à résidence. La réalité est que cette assignation à résidence, la condamnation à cinq ans de prison et l’arrestation même de Fariba Adelkhah, le 5 juin 2019, n’ont jamais eu le moindre fondement et ont été autant d’actes iniques et illégitimes.

Fariba Adelkhah est innocente et les autorités iraniennes le savent pertinemment. Elles utilisent cyniquement notre collègue pour des buts politiques qui ne la concernent en rien et n’ont aucun rapport avec la seule chose dont elle est redevable : ses travaux anthropologiques qui lui ont valu de hautes distinctions de la part d’institutions scientifiques et universitaires, tant françaises qu’étrangères, et la considération de la communauté internationale de la recherche.


Les assertions du pouvoir “judiciaire” iranien sont donc nulles et non avenues et ne feront pas taire l’indignation qui s’est levée de par le monde à l’annonce de sa réincarcération, mercredi.

Le comité de soutien



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2022, 16 janvier). Communiqué: De l’art de justifier l’injustifiable. Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/op7b

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/01/2022

    […] notre part nous vous renvoyons au communiqué du 16 janvier (https://faribaroland.hypotheses.org/10922) ainsi qu’à la tribune que trois membres du comité de soutien ont publiée dans Le Temps de […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search