Réincarcération brutale de Fariba Adelkhah, prisonnière scientifique en Iran

English, Italiano

Nous apprenons avec stupeur et indignation la réincarcération dans la prison d’Evin de Fariba Adelkhah, directrice de recherche au CERI Sciences Po, prix Irène Joliot Curie de la Femme scientifique de l’année 2020, arrêtée à Téhéran le 5 juin 2019, condamnée à cinq années de prison sur la base d’accusations fallacieuses et en dehors de tout procès digne de ce nom,  et assignée à résidence à son domicile depuis octobre 2020.

Le gouvernement iranien utilise cyniquement notre collègue selon des fins extérieures ou intérieures qui demeurent opaques, mais ne concernent en rien ses activités. Fariba Adelkhah est une chercheuse rigoureuse et indépendante, et elle est donc prisonnière scientifique depuis plus de deux ans et demi.

Alors que la pandémie de Covid continue de battre son plein le gouvernement iranien met délibérément en danger la santé et même la vie de Fariba Adelkhah – la mort en détention du poète et réalisateur Baktash Abtin, samedi dernier, ayant démontré son incapacité ou son mauvais vouloir à garantir la sécurité de ses détenus.

Nous appelons les autorités françaises, les élus de la République française, et au-delà les gouvernements et les élus européens à se mobiliser pour obtenir la libération immédiate et inconditionnelle de leurs ressortissants arbitrairement mis en détention par l’Iran. 

Le comité de soutien de Fariba Adelkhah



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2022, 12 janvier). Réincarcération brutale de Fariba Adelkhah, prisonnière scientifique en Iran. Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/op70

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search