Dernières nouvelles de Fariba Adelkhah et de la Caravane des libertés scientifiques

Cher(e)s ami(e)s,

Il est difficile de vous donner des nouvelles de Fariba tant les choses semblent enlisées et immuables. La situation internationale et plus particulièrement les négociations sur le nucléaire iranien paraissent être dans l’impasse. 
L’appel demandé par Fariba sur son procès n’a toujours pas reçu de réponse.Son périmètre de circulation (300 mètres autour de son domicile, avec bracelet électronique en permanence) n’a pas été élargi… Mais au moins sa santé semble-t-elle bonne, et elle garde le moral grâce à votre inlassable soutien.

La caravane des libertés scientifiques en fait partie. Elle poursuit son chemin. Après Rabat (3 avril), Paris (23-24 septembre) et Genève (30 septembre-1er octobre), elle s’arrête à Turin la semaine prochaine, les 27 et 28 octobre. Pour cette étape, elle aura pour thème “Liberté scientifique et liberté méthodologique”. Elle se déroulera en italien et en français, et vous y êtes tous invité(e)s, en réel ou à distance. En voici le programme avec les liens pour y participer à distance au cas où vous ne pourriez nous rejoindre à Turin (https://www.dcps.unito.it/do/avvisi.pl/Show?_id=c1ng et en fichier attaché).

Par ailleurs nous avons demandé à la Maire de Chantilly –  qui accueille un festival de cinéma iranien – d’afficher sur le fronton de son hôtel de ville le portrait de Fariba en témoignage de solidarité et de condamnation de sa privation arbitraire de liberté, comme l’ont déjà fait d’autres municipalités comme Strasbourg, Nancy et Paris. En attaché, vous trouverez la lettre: nous vous suggérons d’écrire à votre tour à la Maire de Chantilly pour épauler notre démarche.

Amicalement,

Béatrice pour le comité de soutien

27-28 octobre – Liberté scientifique et liberté méthodologique
Comment la définition de ce qui est “un terrain à risque” affecte-t-elle l’activité de recherche ? Quelle est la relation entre les mécanismes de protection administrative du travail scientifique et les pratiques d’émancipation intellectuelle adoptées par les chercheurs ? Comment les processus de changement politique et économique influencent-ils le choix des thèmes et des paradigmes interprétatifs, l’accès aux sources, la conception de la recherche et les formes d’expression des connaissances ? Les journées d’étude Liberté scientifique et liberté méthodologique partent du constat que les conditionnements que les chercheurs expérimentent dans la production de la connaissance ne sont pas l’apanage des contextes à risque ou des sujets sensibles, mais sont constitutifs du travail intellectuel et méritent d’être interrogés en dehors de toute objectivation ex post. La question de la liberté scientifique sera abordée sous l’angle de la méthode, partant du constat que la liberté de définir sa propre méthode est le préalable nécessaire à un savoir émancipé des canons politiques, intellectuels et disciplinaires dominants, et permet une compréhension renouvelée de phénomènes considérés comme sensibles. Réfléchir aux choix de méthodes face aux processus de changement politique, aux contraintes du travail de recherche liées aux frontières nationales et disciplinaires, à la relation entre travail intellectuel et débat politique, et face aux politiques qui définissent et régulent la légitimité des sources sera l’occasion de repenser l’expérience de recherche de Fariba Adelkhah, anthropologue à Sciences Po Paris, spécialiste de l’Iran et de l’Afghanistan, détenue à Téhéran depuis le 5 juin 2019.

Promues par le Département Cultures, Politique et Société et le Fonds d’Analyse des Sociétés Politiques (FASOPO), en partenariat avec le Département des Sciences, de la Planification et des Politiques Territoriales de l’Ecole Polytechnique de Turin et le Comité de Soutien Fariba Adelkhah, sous le patronage de l’Université de Turin et de Scholars at Risk, les journées d’étude font partie de la Caravane FASOPO Libertés scientifiques, la production de connaissance sous contrainte, qui a débuté à Rabat (Recherche de terrain et libertés scientifiques, 3 avril 2021), s’est poursuivie à Paris (Liberté scientifique et risques du métier, 23-24 septembre 2021) et à Genève (Religion et liberté scientifique 30 septembre-1er octobre 2021), la prochaine étape étant prévue à Oxford en janvier 2022 (Politics and Ethics of non-state university financing).
Les journées d’étude se dérouleront en mode mixte (présence et streaming). Les langues de travail seront l’italien, l’anglais et le français.

Comité scientifique : Irene Bono, Laurent Fourchard, Mohamed Tozy.
Info : https://www.dcps.unito.it/do/avvisi.pl/Show?_id=c1ng


Vous aimerez aussi...