« #FreeFariba : Liberté scientifique et risques du métier », Jean-Marc Claus, Eurojournalist, 16 septembre 2021

Dans une semaine, se tiendra à Paris un colloque rendant hommage à Fariba Adelkhah et intitulé « Liberté scientifique et risques du métier : la recherche comme profession ». Nous y apportons ici une petite contribution.

(Jean-Marc Claus) – Comme nous l’avons plusieurs fois dit et répété dans cette chronique mensuelle, l’Iran n’a pas toujours été une république islamique, et même dans le contexte actuel de mainmise des religieux sur la société, certaines disciplines scientifiques y ont leur place. Ainsi, toute vision manichéiste et binaire de cette nation, est-elle aussi absurde que de considérer les USA comme le plus grand pays des libertés, et la France comme celui des droits humains par excellence.

Au nombre des savants dont l’ancienne Perse et actuelle Iran peut être fière, figure un certain Omar Khayyâm (1048-1131), dont une statue offerte en 2009 par l’Iran, se trouve au Centre International de Vienne. Une autre le représentant plus jeune se trouve à Douchanbé, au Tadjikistan. Le planétarium de Nishapour, ville connue pour ses mines de turquoise, porte également son nom, car c’est là que se trouve le mausolée d’Omar Khayyâm. LIRE LA SUITE

http://eurojournalist.eu/

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search