« #FreeFariba : En route pour l’après-Rohani… », Jean-Marc Claus, Eurojournalist, 16 juillet 2021

Chaque 16 du mois, Eurojournalist(e) apporte son soutien à Fariba Adelkhah, par un article lui étant consacré et/ou parlant de l’Iran.

Il a près d’un mois, s’est déroulée l’élection présidentielle en Iran. Hassan Rohani, du « Parti de la Modération et du Développent », ne pouvant plus, selon la Constitution, se représenter à l’issue de son second mandat, avait laissé la place à trois candidats approuvés par le Conseil des Gardiens de la Constitution. Son parti se voyant exclu de la course à la présidence, Hassan Rohani a vu le 18 juin dernier Ebrahim Raïssi, de l’Association du Clergé Militant, lui succéder avec 72,4% des voix, lors d’un scrutin réunissant un peu moins de la moitié des électeurs.

Hassan Rohani, qualifié de conservateur modéré, a eu la malchance de « croiser » durant son second mandat, un certain Donald Trump, véritable éléphant dans un magasin de porcelaine (chinoise) à plein-temps. Ce dernier s’arc-boutant sur le sacro-saint « Axe du Mal », reliquat de l’ère George W. Bush, où ce manichéisme faisait autant recette qu’à l’époque du maccarthysme. Ce n’est évidemment pas avec une telle vision du monde que les tensions ont la moindre chance de s’atténuer, et la diplomatie de travailler sereinement d’une manière constructive.

Manque de chance pour Hassan Rohani, et ses ambitions réformatrices, fussent-elles très « soft ». Manque de chance pour Fariba Adelkhah, devenant de facto, comme d’autres scientifiques étrangers, autant de moyens de pression et de monnaies d’échange. Quand la géopolitique prend en otage des scientifiques non-belliqueux, il y a tout lieu de se questionner sur les tenants et aboutissants d’une telle stratégie, sachant que des personnalités richissimes, ne sont jamais enlevées en vue de faire courber l’échine aux pays dont elles sont issues.

LIRE LA SUITE


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search