“Fariba Adelkhah, un combat pour la liberté”, Philippe Testard-Vaillant, Le Journal du CNRS, 2 juin 2021

Arrêtée il y a deux ans à Téhéran, condamnée à cinq ans de détention, l’anthropologue franco-iranienne est sortie de prison mais reste assignée à résidence. Elle vient de recevoir le prix Irène Joliot-Curie « Femme scientifique de l’année ».

Demandez à celles et ceux qui la connaissent le mieux – collègues, étudiants, amis – de brosser en quelques touches la personnalité de Fariba Adelkhah, condamnée le 16 mai 2020 à cinq ans de prison pour « collusion en vue d’attenter à la sécurité nationale » iranienne, et à un an pour « propagande contre la République islamique ». Les formules de respect, d’affection, d’admiration, fusent aussitôt pour décrire une grande professionnelle de la recherche en sciences sociales qui a été honorée en décembre dernier par le prix Irène Joliot-Curie « Femme scientifique de l’année ».

« Iranienne jusqu’au bout des ongles mais éprouvant un vrai amour pour la France et sa culture, très curieuse, opiniâtre et parvenant toujours à remonter la pente même quand elle est dans le bas du bas », confie son compagnon Roland Marchal…. Lire la suite


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search