Asal

Fariba joon,

Me voici à vous écrire pour la seconde fois. Je viens de lire votre message de Nowrouz, écouter la chanson que vous avez choisie à cette occasion et voir la photo de ce magnifique collier que vous avez fabriqué. Je vous y retrouve. Votre lucidité, votre espoir et votre dignité me touchent au plus profond de mon être. Je n’ai jamais été votre étudiante à proprement parlé mais je me considère chanceuse d’être votre élève et si vous le voulez bien votre amie. A chaque mot que je pose quelque part, que cela soit à l’oral ou à l’écrit, je pense à vous et à votre combat depuis toujours contre la binarité. Que ce Nowrouz soit le premier et le dernier que vous passerez privée de votre liberté. Voici mon vœu le plus cher au début de ce nouveau millénaire. On vous attend de pied ferme. Nowrouzetoon mobarak !

Asal (Bagheri)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search