Irène Bellier

Très chère Fariba
Si lointaine et si proche
Que l’on accompagne sans pouvoir l’approcher
Qui nous lit sans nous connaître toujours
Avec qui l’on partage l’optimisme
De la liberté
Par delà les barrières
D’une pensée propre et partagée aussi
Je te souhaite un bon Norouz
Et t’envoie cette amaryllis
Avec mes sentiments les plus sincères
Irène BELLIER
Anthropologue



Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search