Fariba nous souhaite un bon printemps – Norouz comme on dit en Iran

Être ou ne pas être
Il vaut mieux être, comme le dit Ahmad Shamlou (1925-2000), le grand poète, notamment au printemps.
Et au printemps… nous y sommes !
Il coïncide en Iran avec Norouz, le renouveau du jour ou la renaissance, qui marque le changement de l’année dans le calendrier iranien, celui  que l’on utilise aujourd’hui en Iran et dont le départ est le même que le calendrier arabe, démarrant à la date de l’Hégire du Prophète Mohamed, avec cependant une différence : spécificité ou tradition sanctifiée au lendemain de la Révolution et de la fondation de la République islamique, les Iraniens s’appuient sur le soleil (et calculent donc, comme dans le calendrier grégorien, en prenant en compte les années bissextiles), et non, comme les Arabes, sur le changement lunaire. C’est pourquoi les Iraniens fêtent, en ce 20 mars, l’année 1400, alors que le calendrier arabe marque déjà l’année 1442.
Vous étiez nombreux à me souhaiter bonne année ce 1er janvier 2021 et j’ai pensé que mon tour était venu de vous remercier en vous souhaitant un beau printemps plein de lumière, de calme et de couleurs et beaucoup d’énergie pour chasser le Covid.

Pour bien commencer cette nouvelle année, je vous envoie la voix d’une déesse, Solmaz Badri, qui appartient à la famille du maître Salek, le joueur de tar dont je vous avais fait écouter un morceau en janvier dernier. Vous pouvez écouter d’autres morceaux et réalisations de Solmaz et de son groupe, Paliz, sur son canal de telegram
https://t.me/solmaz_badri

J’ai également composé ce petit collage avec de l’azur de Neichapour, en pensant à vous et en voulant vous faire parvenir du fond du cœur mon cri d’espoir vous annonçant le printemps : Norouz – qu’il soit bénit comme on le dit en Iran « Sal-e no mobarak ».



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2021, 19 mars). Fariba nous souhaite un bon printemps – Norouz comme on dit en Iran. Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/op3z

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search