Cornelia Woll

Chère Fariba,

Cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas parlées, mais je pense souvent à toi. Pendant cette période où notre quotidien est rythmé par la pandémie, nous pensons à ta vie si injustement bouleversée. Dans les bâtiments peu remplis de Sciences Po, ton visage est partout. Dans nos journées numériques, ta présence est constante, par tes recherches et ton art et à travers les messages des collègues et amis. Le souhait de retrouver nos vies d’avant se confond avec l’idée de t’y retrouver, comme si tout n’était qu’une parenthèse. J’espère que nous pourrons bientôt enlever tes affiches, te voir en personne et entendre à nouveau ta voix, comme si le temps ne s’était pas arrêté. Tu nous manques.

Amicalement,

Cornelia


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search