« Fariba Adelkhah, ou les mille et une frontières du terrain anthropologique », Béatrice Hibou, Critique internationale, n° 90, 2021/1

En solidarité avec Fariba Adelkhah, emprisonnée en Iran depuis le 5 juin 2019, la rédaction de Critique internationale reproduit ici quatre de ses articles, témoins d’un travail au long cours honoré le 15 décembre 2020 par le Prix Irène Joliot-Curie « Femme scientifique de l’année ». Aujourd’hui, notre collègue est toujours privée de liberté, assignée à résidence, bracelet électronique au pied, sans possibilité de contact, si ce n’est avec sa famille1, et bien évidemment sans espoir de pouvoir reprendre ses travaux en cours2. Ce choix de la rédaction constitue donc un acte de soutien et d’engagement dans sa lutte pour « sauver la recherche » 3 et faire reconnaître la spécificité de celle-ci dans un pays où le travail scientifique est le plus souvent assimilé à de l’« espionnage », de la « propagande », voire à une « atteinte à la sécurité nationale ». En Iran, comme malheureusement dans beaucoup de pays, l’absence de statut du chercheur et le manque de définition claire de notre métier fragilisent les universitaires les plus courageux et les plus intègres qui, comme Fariba, sont l’objet d’une mécompréhension non seulement de la part du régime, mais aussi de la part d’une partie de leurs collègues. En Iran, mais aussi au sein de la diaspora, ni les uns ni les autres ne veulent voir ce qui fait la spécificité du métier de chercheur : une démarche de distanciation, un travail de dénaturalisation et le déplacement des limites de l’entendement ; une connaissance qui fonde sa légitimité sur la rigueur méthodologique et la solidité du matériau empirique, non sur « la » vérité accréditée par une quelconque…. Lire la suite

  1. Sa famille proche en Iran, ainsi que Roland Marchal, Jean-François Bayart et moi-même, ses trois amis dont les noms figuraient sur sa carte téléphonique pendant son incarcération à Evin. []
  2. Sur les conditions d’arrestation et d’emprisonnement de Fariba Adelkhah et sur sa situation dans le temps, voir le site de son comité de soutien (https://faribaroland.hypotheses.org) ainsi que le livre issu du colloque organisé en janvier 2020, Pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal. Chercheurs en périls, Paris, Presses de Sciences Po, 2020. []
  3. En hommage au cri que Fariba a lancé du fond de sa cellule, en… []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search