Christine Meyer

Fariba Djune, Noël ne résonne pas comme d’habitude. Tu nous manques, vous nous manquez, les mots manquent aussi. Voici donc ceux de Guillevic, ouvert au hasard ce matin : »On n’en finit jamais/ Avec la lune. / On a beau la regarder,/ La peindre, écrire sur elle,/ (…) Quand elle est là/ Elle nous verse son lait,/ Quand elle n’y est pas,/ Son lait nous manque » . Ch. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search